Hors du camp – Être séparé

♦ ♦ ♦ T0515 ♦ ♦ ♦

Quelques passages :

Ex. 33, 7-11 ; Nom. 11, 24-29 ; Deut. 12, 1-19 ; 12, 5,11 ; 16, 2 ; 26, 1-11 ; 26, 2 ; Jér. 15, 19 ; Matt. 18, 20 ; Jean 20, 19-21 ; Act. 4, 23 ; 20, 7,32 ; 1 Cor. 1, 12 ; 11, 22 ; 12, 14 ; 2 Cor. 6, 14-18 ; 2 Tim. 2, 19-22 ; Héb. 10, 25 ; 13, 12-13 ; 1 Jean 2, 24 ; 5,2.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Il est grave de mépriser l’assemblée de Dieu (1 Cor. 11, 22 ; Apoc. 3, 9). Intéressons-nous à ce que Dieu aime !

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Il faut se séparer de ce qui divise pour se soumettre à ce qui unit. Nous ne pouvons à la fois prétendre montrer notre unité et participer à ce qui divise.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

L’iniquité ne désigne pas des péchés grossiers, mais un enseignement qui n’est pas juste, contraire à la pensée de Dieu. Etait-ce juste de dire que la résurrection avait déjà eu lieu (2 Tim. 2) ?.. ce qui renversait la foi de quelques-uns. Mettre ainsi de côté la pensée de Dieu clairement établie dans la Parole, pour faire valoir la sienne propre, est aussi grave (quoique cela choque moins) que l’immoralité, la violence, qui sont de graves péchés soulevant l’indignation générale.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Si l’homme refait des “camps”, en établissant, dans le christianisme, selon sa volonté et sa propre sagesse, des systèmes religieux consistant en ordonnances et règlements, l’injonction de la Parole subsiste : “Sortons vers Jésus”, afin de nous trouver dans la position normale qui convient au chrétien.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Si les “frères” venaient à se conformer au christianisme qui a lieu à l’intérieur du camp, ils ne seraient qu’une nouvelle secte avec certaines vérités en plus.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Ce qui doit avant tout gouverner notre conduite comme chrétiens, c’est la fidélité au Seigneur, ce qui lui est agréable. Cette fidélité nous amène à nous séparer de ce qui n’est pas conforme aux enseignements de Sa Parole. Le fidèle est ainsi amené à avoir une position de séparation car cette fidélité prime sur l’affection fraternelle.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Si l’on marche avec des personnes qui, quoique certainement chrétiennes, n’obéissent pas à l’injonction de se séparer du mal, ce serait renier l’amour même que de les encourager dans l’iniquité dont il faut se séparer (1 Jean 5, 2).

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

C’est en marchant à part de tout ce qui caractérise le monde et le camp que nous pourrons être véritablement utiles à tous nos frères dans l’amour selon Dieu, inséparable de la vérité.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

N’avons-nous pas à apprendre par la piété de chers enfants de Dieu, auxquels nous pouvons enseigner des vérités qu’ils ignorent, mais qui nous dépassent dans la pratique des choses qu’ils connaissent ?

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Les groupements de la chrétienté actuelle pourraient se répartir en trois catégories. Les deux premières comprennent tout ce qui se dénomme officiellement “églises”. Ce sont des sociétés organisées, avec des lois et des règlements, chacune avec son clergé distinct des simples fidèles. Il y a les églises d’affirmation catholique dont l’église romaine affirme être “l’église”, la seule, et elle monopolise le titre de catholique, c’est-à-dire d’universelle. Au contraire de cette église qui prétend à l’unité, il y a tous les systèmes issus de la réformation et qui brisent l’unité. Puis il y a cette troisième catégorie “hors du camp” qui est formée par les rassemblements de chrétiens sortis des deux autres catégories.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Pour le nouveau converti, à quel groupe se joindre devant tout ce qu’offre la grande maison ? Cette âme devra choisir et si elle le fait avec droiture à la lumière des Ecritures, elle trouvera que toutes les dénominations, après tout, ne sont que des institutions humaines, où souvent les principes divins sont sacrifiés. Quelle ruine ! Il faut s’associer avec le mal, semble-t-il, pour ne pas rester seul. Et pourtant, au milieu de cette ruine, il y a un lieu !

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Au milieu de tant de sectes, un chrétien nouveau-né doit se tourner vers Dieu et vers la Parole de sa grâce (Act. 20, 32). En effet, de quel côté que soit l’erreur, Dieu est vrai et la Parole est la vérité. Que cela soit imprimé dans notre âme.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

L’approbation du Seigneur donnée à Philadelphie, et les exhortations contenues en 2 Tim. 2, 21-22 et 1 Jean 2, 24, tracent au croyant une ligne de conduite claire quant à ceux avec lesquels il devrait se trouver dans la période survenue après l’établissement sur la terre du romanisme et du protestantisme.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Une fois séparés du mal, les chrétiens fidèles retrouvent tous les enseignements relatifs à l’église, enseignements demeurés au milieu de la ruine. Ils peuvent réaliser ce que l’apôtre Paul a enseigné au début. La vérité ne change pas !

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Retour au menu « 26 courts sujets sur l’Église »