Chronologie de la Bible, du livre des Actes et ultérieure à ce livre

Retour à l’index alphabétique

♦ ♦ ♦51104♦ ♦ ♦

Chronologie de la Bible

Le calendrier hébraïque
– 1. Les mois

Le peuple d’Israël utilisait un calendrier basé sur le cycle lunaire. Le psalmiste dit que Dieu “a fait la lune pour les saisons” (Ps. 104, 19).
Les mois étaient de 29 ou 30 jours, selon les cas. Ils étaient désignés à la fois par des numéros et par des noms. Le début de l’année religieuse se situait vers l’équinoxe de printemps, au mois d’Abib (Ex. 13, 4).
Les Israélites utilisaient aussi un autre calendrier, civil, basé sur les travaux des champs. Le premier mois se situait alors en automne (comp. Ex. 23, 16 ; Lév. 25, 4, 9).
Après la captivité, les Juifs ont utilisé des noms de mois babyloniens.
– 2. Les années

L’année hébraïque se composait de 12 mois lunaires de 29 ou 30 jours chacun (1 Rois 4, 7 ; 1 Chr. 27, 1-15). Comme l’année lunaire ne comprend que 354 jours et qu’il n’était pas possible de “perdre” plus de 11 jours par an sur le cycle solaire (les fêtes n’auraient plus concordé avec les saisons correspondantes), les Israélites rajoutaient un treizième mois de 29 jours tous les deux ou trois ans, appelé le mois de Veadar.

La détermination de la chronologie biblique
– 1. Les sources
La Bible ne donne pas sa chronologie selon le calendrier que nous utilisons aujourd’hui. Les écrivains de l’A.T. dataient souvent leurs écrits, soit par référence à des événements importants de leur propre histoire, soit par rapport à des souverains étrangers. Ils indiquaient ainsi l’arrière-plan historique de leurs récits ou de leurs prophéties.
Pour déterminer avec quelque précision la chronologie biblique, deux sources peuvent être utilisées :
– La source interne : certains versets couvrent une vaste période de temps (Jug. 11, 26 ; 1 Rois 6, 1) ; d’autres mentionnent les dates des règnes de souverains en fonction de celles d’autres rois; d’autres encore donnent des durées sans les relier à un quelconque événement (les périodes des juges, par exemple).
– Les données extrabibliques : des découvertes archéologiques faites aux 19e et 20e siècles mentionnent explicitement des noms de souverains de Juda ou d’Israël et permettent de les relier aux chronologies assyrienne ou égyptienne ; or certaines dates de ces chronologies mentionnent des données astronomiques vérifiables (des éclipses, par exemple), ce qui rend aisé leur correspondance avec notre système actuel.
– 2. Les méthodes d’établissement des chronologies

Les indications chronologiques qui figurent en note de plusieurs versions françaises de la Bible (dont la version J.N. Darby) étaient basées essentiellement sur un ouvrage de Usher (archevêque écossais du 17e siècle). Beaucoup de ces données sont aujourd’hui périmées, car des découvertes archéologiques ultérieures ont permis de préciser les méthodes de datation utilisées dans l’Antiquité, qui diffèrent sensiblement de la conception actuelle.
La méthode la plus sûre consiste à compter à rebours, car les dates les plus récentes nous sont généralement mieux connues. Actuellement, les spécialistes s’accordent pour dire que les incertitudes sur les dates sont inférieures à 5 ans pour toute l’époque qui s’étend de David à la rédaction de l’Apocalypse.
– 3. Les difficultés spécifiques aux chronologies antiques

Les problèmes soulevés par l’établissement d’une chronologie biblique diffèrent selon les périodes étudiées. D’une manière générale, soulignons que les auteurs de l’Antiquité, bibliques ou profanes, ne visaient pas la précision mathématique que nous attendons des chronologies actuelles. Les longues périodes de temps qu’ils mentionnent sont souvent soit approximatives, soit littérales, mais alors avec un sens symbolique. Cependant les textes bibliques se distinguent des autres textes antiques par la précision et la cohérence de leurs indications chronologiques.
Pour la période des rois d’Israël et de Juda, il faut se souvenir que :
– 1. Deux calendriers étaient en usage : le calendrier civil et le calendrier religieux, décalés de 7 mois (voir ci-dessus). Suivant que l’écrivain biblique utilisait l’un ou l’autre, un décalage d’une année pouvait apparaître.
– 2. Deux systèmes de datation des règnes existaient : la “première année” du règne d’un roi pouvait commencer soit à sa date d’accession au trône, soit au nouvel an suivant.
– 3. Certains règnes se chevauchèrent : il n’était pas rare qu’un fils régnât conjointement avec son père.
Pour la période des juges, il semble que certains jugeaient simultanément Israël, mais dans des parties différentes du pays.
Pour les prophètes, certains donnent parfois des références chronologiques basées sur les règnes de souverains d’Israël ou de Juda; d’autres prophètes sont beaucoup plus difficiles à situer avec précision (Joël, Abdias, Nahum…).

Les grandes dates de l’histoire biblique
Les précisions qui suivent n’ont pour but que de fixer quelques repères, permettant d’établir une chronologie acceptable. A partir de ces grandes dates, on peut en général retrouver bon nombre de dates intercalaires. Le but n’est pas d’entrer dans des discussions de spécialistes; il serait souvent possible d’avancer avec des arguments valables d’autres dates que celles qui sont présentées. Cependant, les incertitudes sont relativement faibles, eu égard au temps qui nous sépare de ces événements. Par ailleurs, la plupart des événements que relate la Bible peuvent être datés, même approximativement. Nous pouvons donc affirmer sans réserve que la Bible décrit des faits historiques et non pas des mythes ou des légendes.
– 1. La naissance de Jésus

Hérode le Grand régnait encore quand Jésus est né et, à la mort de ce roi, le Sauveur avait moins de 2 ans (Matt. 2, 7-22). Or selon l’historien juif Josèphe, une éclipse a eu lieu très peu de temps avant la mort d’Hérode, que l’on peut donc situer en 4 av. J.C. Ainsi, Jésus est donc né entre – 6 et – 4, et non pas en l’an 0.
– 2. Le début du ministère de Jésus

Jésus avait environ 30 ans quand il commença son service (Luc 3, 23). D’après les dates supposées pour sa naissance, son trentième anniversaire eut donc lieu entre 25 et 27. Par ailleurs, la prédication de Jean Baptiste commença la 15e année du règne de Tibère (Luc 3, 1); selon les différentes méthodes de datation des règnes, quatre années peuvent correspondre, de 26 à 29. Enfin, 46 ans s’étaient déjà écoulés depuis le début de la construction du temple d’Hérode quand Jésus monte à Jérusalem au début de son ministère (Jean 2, 20) ; si, comme le dit Josèphe, le temple avait été commencé vers – 18, ce récit aurait eu lieu vers 29. En résumé, le début du ministère de Jésus peut être daté entre 26 et 29.
– 3. La mort et la résurrection de Jésus

Le ministère du Seigneur a duré trois ans et demi (comme le laissent entendre les Evangiles, qui mentionnent trois et peut-être même quatre pâques) ; sa mort a donc eu lieu au printemps de l’an 30, 31 ou 32.
– 4. Le début des 70 semaines de Daniel

Une période très importante pour établir une chronologie de la prophétie est donnée en Dan. 9, 24-27 : “Soixante-dix semaines ont été déterminées” sur le peuple juif. Ces 70 semaines (de 7 années chacune) commencent à “la sortie de la Parole pour rétablir et rebâtir Jérusalem”. Il ne s’agit pas du décret de Cyrus autorisant les Juifs à remonter à Jérusalem; mais plutôt de la permission reçue par Néhémie de rebâtir les murailles de Jérusalem, à la 20e année du règne d’Artaxerxès 1er (Néh. 2, 1-18). Cette date nous est aujourd’hui mieux connue : il s’agit du printemps 445 av. J.C. (et non pas de 455).
Des chercheurs ont calculé que les 69 semaines écoulées entre la “sortie de la Parole” et le “Messie, le prince” correspondent à 173’880 jours (69 x 7 x 360). Or il s’agit précisément du nombre exact de jours qui séparent la 20e année d’Artaxerxès du printemps de l’an 32 ap. J.C. Si ce calcul est juste, il serait donc à la fois une confirmation de la durée des 70 semaines et de la date de la mort de Jésus.
– 5. La déportation de Juda

Les données astronomiques permettent de fixer avec précision le début du règne de Nebucadnetsar (appelé aussi Nabuchodonosor), en – 605. Cette même année, ce roi de Babylone battit le Pharaon Neco (Néchao II) lors d’une bataille très importante, à Carkemish (Jér. 46, 2), la 4e année du règne de Jehoïakim. Sans doute, à la suite immédiate de cette victoire, Nebucadnetsar commença-t-il de déporter le peuple de Juda, en représailles contre Jehoïakim qui s’était révolté contre lui (2 Rois 24, 1 ; Dan. 1, 1- 2).
On peut donc dater de – 605 le début de la déportation. Celle-ci devait durer 70 ans (Jér. 25, 9-12 ; Dan. 9, 2). Cyrus le Grand, roi de Perse, battit les Chaldéens en – 539. L’année d’après, en – 538, il signa un édit permettant aux Juifs de remonter à Jérusalem (Esd. 1, 1). Il fallut un peu plus d’un an aux remontés de la déportation pour commencer à établir les fondations du temple (Esd. 3, 8), soit vers – 536. Notons – pour en admirer l’étendue – la grâce de Dieu, qui compte les 70 ans en partant de la toute première transportation jusqu’au moment de la réédification de l’autel, comme s’il voulait minimiser le temps de sa colère.
– 6. La chute de Samarie

Les chroniques assyriennes donnent la date précise de le conquête d’Israël par Shalmanéser V, en – 722. A cette date, le peuple du royaume du nord fut déporté en Assyrie (2 Rois 17, 5, 6).
– 7. L’avènement de Jéhu

Une inscription assyrienne déclare que Jéhu commença de payer un tribut à Shalmanéser III en – 842 ou – 841. On peut donc dater à partir de là le début de son règne (2 Rois 9, 10).
– 8. La division du royaume

Shishak, roi d’Egypte (appelé ailleurs Seshonq), battit Roboam la cinquième année de son règne (1 Rois 14, 25-26). La chronologie égyptienne permet de fixer la date de cette incursion en – 925.
Selon la méthode employée pour la datation des règnes, on en déduit donc que le royaume fut divisé après la mort de Salomon en – 930 ou – 931. Cette date peut donc être retenue avec une très faible incertitude (moins de 5 ans).
En revanche, pour les dates antérieures, les ponts de rencontre entre la chronologie biblique et les chronologies des autres royaumes sont beaucoup plus ténus. De ce fait, les dates que nous allons maintenant examiner sont davantage critiquées et critiquables. Plusieurs options vraisemblables sont parfois possibles.
– 9. La sortie d’Egypte

480 ans s’étaient écoulés entre l’exode et la construction du temple de Salomon (1 Rois 6, 1). Selon certains, cette durée serait arrondie pour des raisons symboliques (12 x 40 ans). Si on la retient comme exacte, sachant que le temple fut construit vers – 966 (35 ans avant la mort de Salomon qui eut lieu en – 931), la sortie d’Egypte eut donc lieu vers – 1445.
Cette date est en accord avec d’autres passages (Jug. 11, 26); en particulier, la Parole (1 Chr. 6, 33-37) énumère 16 générations entre Coré (contemporain de Moïse) et Héman (contemporain de David), ce qui concorde avec la durée indiquée en 1 Rois 6, 1.
Une autre hypothèse se base sur le discours de Paul à Antioche de Pisidie (Act. 13, 20). On déduit facilement que 590 ans se seraient écoulés entre la sortie d’Egypte et la mort de David. L’exode aurait donc eu lieu vers – 1560. Cette hypothèse concorde avec les périodes d’occupation pendant le temps des juges : la durée de 1 Rois s’expliquerait alors en supposant que 114 ans de domination étrangère n’auraient pas été pris en compte par Dieu (590 + 4 – 114 = 480).
– 10. Les patriarches

“L’habitation des fils d’Israël en Egypte fut de 430 ans” (Ex. 12, 40). Or, Dieu avait averti Abram que sa descendance serait opprimée dans un pays étranger pendant 400 ans (Gen. 15, 13 ; cité en Act. 7, 6). Le sens direct de ces passages semble donc suggérer que Jacob et sa famille descendirent en Egypte 430 ans avant l’exode, soit vers – 1875 (1445 + 430). La naissance d’Isaac aurait eu lieu vers – 2065.
Par ailleurs, Gal. 3, 17 place le don de la loi 430 ans après Gen. 22, et Gen. 15, 16 dit qu’à la 4e génération, les descendants d’Abraham reviendront en Canaan. La naissance d’Isaac devrait donc être avancée vers – 1875.
Ces incertitudes ne peuvent pas être levées ; mais elles n’altèrent en rien la valeur du texte biblique tel qu’il nous est parvenu, ni notre assurance dans l’historicité des récits qu’il nous présente, si anciens soient-ils.

Chronologies des événements historiques de la fin du règne de Sédécias cités dans le livre de Jérémie
– 1. Le siège de Jérusalem commence la 9e année
Commencement du siège : Jér. 39, 1
Affranchissement des esclaves : Jér. 39, 10
– 2. Le siège est levé temporairement la 9e ou la 10e année

Jérémie est consulté par les envoyés du roi : Jér. 21, 1-7 ; 37, 3-10.
Les esclaves affranchis deviennent à nouveau captifs : Jér. 34, 8-22
Jérémie est arrêté et emprisonné dans la maison de Jonathan : Jér. 37, 11-16.
– 3. Le siège recommence dans la 9e ou la 10 e année

Jérémie est amené secrètement pour être consulté par le roi. Il est ensuite placé dans la cour des gardes : Jér. 32, 1-5 ; 34, 1-7 ; 37, 17-21.
Le champ est acheté par Jérémie : Jér. 32, 6-44.
Une nouvelle prophétie est prononcée dans la tour des gardes : Jér. 33, 1-26.
Jérémie donne au peuple le conseil de se rendre aux Chaldéens : Jér. 21, 8-10 ; 38, 1-3.
Jérémie est descendu dans une citerne remplie de boue : Jér. 38, 4-6.
Jérémie est remonté de la citerne par Ebed-Mélec, et placé à nouveau dans la cour des gardes : Jér. 38, 7-13.
Jérémie est consulté par le roi, à la troisième entrée du temple; il reste dans la cour des gardes : Jér. 38, 14-28.
– 4. Le siège s’achève la 11e année

La cité est prise et détruite : Jér. 39, 1-14.

Chronologie du livre des Actes des Apôtres

Il faut noter que la chronologie du livre est Actes est relativement incertaine. Celle que nous avons adoptée, malgré les réserves inhérentes à un tel exercice, peut aider à situer les rapports des événements dans le temps.

Année Circonstances / évènements Dans Actes
29 Ascension du Seigneur, Pentecôte 1 à 2
30-34 Evénements de la Pentecôte à Etienne 3 à 7
35 Martyre d’Etienne. Saul de Tarse, “un jeune homme”, Grande persécution 7, 58-60
35 Les disciples dispersés à l’exception des apôtres 8, 1-4
36 Conversion de Saul 9, 1-28 (trois avant sa fuite de Damas, Gal. 1, 18) 9, 1-28
37 Caligula, empereur de Rome ; il règne 4 ans
Hérode Agrippa succède à Hérode Antipas
Caïphe déposé, Jonathan nommé souverain sacrificateur
.
38 Paul à Damas et en Arabie (Gal. 1, 15-18) .
39 Première visite de Paul à Jérusalem 9, 26-30
39 Paul envoyé à Tarse (Gal. 1, 18) .
40 Conversion de Corneille 10
41 Claude, empereur de Rome ; il règne 13 ans
La Judée et la Samarie sont unifiées sous le roi Hérode Agrippa
Hérode (frère d’Agrippa), roi de Chalcis
.
41 L’évangile annoncé aux non-juifs (Gentils) à Antioche 11, 20
41 Barnabas vient à Antioche et va chercher Paul 11, 26
42-43 Paul et Barnabas demeurent un an à Antioche 11, 26
42-43 Persécution d’Hérode Agrippa ; décapitation de Jacques 13, 2
42-43 Emprisonnement et libération de Pierre 12, 3-19
44 Mort d’Hérode Agrippa 12, 23
44 La Palestine devient à nouveau une province romaine .
44 Deuxième visite de Paul à Jérusalem avec une collecte 11, 30
45 Deuxième visite de Paul à Jérusalem avec une collecte 12, 25
45-48 Famine sous l’empereur Claude 11, 28
46-48 Premier voyage de Paul et de Barnabas à Chypre et en Asie Mineure 13 à 14
48 Ananias nommé souverain sacrificateur par Hérode, roi de Chalcis .
49-50 Paul, après son retour, reste longtemps à Antioche
Discussion au sujet de la circoncision, concile à Jérusalem
14, 28
15, 1
50 Troisième visite de Paul à Jérusalem avec Barnabas (quatorze ans après sa conversion, Gal. 2, 1)
Retour et séjour de Paul à Antioche
15, 2
15, 35
51 Deuxième voyage de Paul avec Silas et Timothée en Asie Mineure, Macédoine et Grèce 16 à 17
51 Antonius Félix nommé procurateur de Judée .
51-52 Proconsulat de Gallion (de mai 51 à mai 52) 18, 12
52 Les Juifs expulsés de Rome
Paul séjourne un an et demi à Corinthe
18, 2
18, 11
52 Paul écrit la première et la seconde épître aux Thessaloniciens .
53 Paul quitte Corinthe pour Ephèse 18, 18
54 Néron, empereur de Rome ; il règne quatorze ans .
54 Quatrième visite de Paul à Jérusalem et retour à Antioche
Troisième voyage missionnaire de Paul en Galatie et Phrygie
18, 22
18, 23
55-56 Paul séjourne deux ans et demi à Ephèse 19, 8-10
55-56 Epître aux Galates (?) – Première épître aux Corinthiens .
55-56 Agitation à Ephèse
Paul part pour la Macédoine
19, 23
20, 1
57 Seconde épître aux Corinthiens
Paul se rend à Corinthe et y séjourne trois mois

20
, 2
58 Epître aux Romains
Paul quitte Corinthe et passe par la Macédoine avec Luc
Paul se rend à Philippes par la mer et prêche à Troas
Paul s’adresse aux anciens d’Ephèse à Milet
Adieux à Tyr et à Césarée
Cinquième visite de Paul à Jérusalem peu avant la Pentecôte
Paul saisi par les Juifs d’Asie dans le temple
Paul envoyé par Lysias à Félix à Césarée

20
, 3
20, 6-7
20, 17
21, 4-8
21, 17
21, 27
23, 23
59-60 Paul entendu par Félix. L’apôtre reste emprisonné deux ans 24
59 ou 60 Félix remplacé par Porcius Festus – 24, 27
Paul, entendu par Festus, en appelle à César – 25, 6, 11
Paul entendu par Agrippa et Festus – 25, 23
Paul envoyé à Rome par voie maritime (automne) – 27, 1
Naufrage à Malte. Paul y passe l’hiver – 28
Paul arrive à Rome, il est entendu par les Juifs – 28, 16,17
24, 27
25, 6-11
25, 23
27, 1
28
28, 16-17
59 ou 60 Epître de Jacques (date approximative)  –  Première épître de Pierre (date approximative) .
60-62 Paul demeure deux ans dans un logement qu’il a loué, et écrit les épître saux Colossiens, à Philémon, aux Ephésiens et aux Philippiens
28
, 30

Chronologie d’événements ultérieurs au livre des Actes

Date Evènements Référence
63 Paul est libéré et entreprend un nouveau voyage
Livre des Actes des Apôtres
Epître aux Hébreux (auteur inconnu)
Paul visite la Crète et y laisse Tite (Tite 1, 5)
Paul enjoint à Timothée de demeurer à Ephèse

1 Tim. 1, 364 Paul se rend en Macédoine
Première épître à Timothée (date approximative)
Epître à Tite
Paul passe l’hiver à Nicopolis Tite 3, 12 1 Tim. 1, 3 64 Incendie de Rome dont les chrétiens sont rendus responsables  65 Première persécutiongénérale sous Néron
Achèvement de la construction du temple de Jérusalem, commencé par Hérode
Paul visite Milet et y laisse Trophime malade

2 Tim. 4, 2066Ananias assassiné par Sicarii
Paul est arrêté et envoyé à Rome
Seconde épître de Pierre
Epître de Jude (date approximative)
Seconde épître à Timothée
Paul est mis à mort  68 Suicide de Néron 69 Vespasien empereur de Rome 70 Les chrétiens de Jérusalem se retirent à Pella, au-delà du Jourdain
Jésuralem détruite par Titus, le fils de Vespasien 79 Titus, empereur de Rome Après 90Les trois épîtres de Jean et l’Apocalypse

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Retour à l’index alphabétique

Advertisements