Paroles certaines. Certitudes

Retour au menu « Autres »

♦ ♦ ♦ PTA001♦ ♦ ♦ ♦

Paroles certaines. Certitudes.  

Trois étapes ponctuées par « certainement, certaines » :

Première étape : celle de la chute. De la part du père du mensonge
« Et le serpent dit à la femme : Vous ne mourrez  point certainement ; » (Gen. 3, 4)   

Deuxième étape : celle de l’œuvre de Christ. Une prophétie d’Ésaïe
« Certainementlui, a porté nos langueurs, et s’est chargé de nos douleurs ; et nous, nous l’avons estimé battu, frappé de Dieu, et affligé ; » (És. 53, 4)

Troisième étape : celle du futur.
« Et celui qui était assis sur le trône dit : Voici, je fais toutes choses nouvelles. Et il [me] dit : Écris, car ces paroles sont certaines et véritables. » (Apoc. 21, 5)  « Et il me dit : Ces paroles sont certaines et véritables ; et le *Seigneur Dieu des esprits des prophètes, a envoyé son ange, pour montrer à ses esclaves les choses qui doivent arriver bientôt. » (Apoc. 22, 6).

 

Des paroles tout aussi « certaines » qui sont directement pour tout croyant étant un  « membre du corps de Christ » (Éph. 5, 30) :


1 Tim. 1, 15 à 17
« Cette parole est  certaine et digne de toute acceptation, que le christ Jésus est venu dans le monde pour sauver les pécheurs, dont moi je suis le premier. Mais miséricorde m’a été faite, à cause de ceci, [savoir] afin qu’en moi, le premier, Jésus Christ montrât toute sa patience, afin que je fusse un exemple de ceux qui viendront à croire en lui pour la vie éternelle. Or, qu’au roi des siècles, l’incorruptible, invisible, seul Dieu, soit honneur et gloire aux siècles des siècles ! Amen. »

·       Paul, l’apôtre Paul, premier des pécheurs mais quelle conversion, puis quel exemple à suivre, lui qui fut imitateur de Christ.


1 Tim. 3, 1 à 7
« Cette parole est certaine, que si quelqu’un aspire à la surveillance, il désire une œuvre bonne : il faut donc que le surveillant soit irrépréhensible, mari d’une seule femme, sobre, sage, honorable, hospitalier,  Propre à enseigner, non adonné au vin, non batteur, mais doux, non querelleur, n’aimant pas l’argent, conduisant bien sa propre maison, tenant ses enfants soumis en toute gravité. (Mais si quelqu’un ne sait pas conduire sa propre maison, comment prendra-t-il soin de l’assemblée de Dieu ?) Qu’il ne soit pas nouvellement converti, de peur qu’étant enflé d’orgueil, il ne tombe dans la faute du diable. Or il faut aussi qu’il ait un bon témoignage de ceux de dehors, afin qu’il ne tombe pas dans l’opprobre et dans le piège du diable. »

·       C’est l’orgueil (v. 6) qui a perdu le diable. L’orgueil va devant la ruine. Les versets 1 à 7 présente ce qui est requis des anciens ou surveillants (ou évêque). Mais tout croyant est concerné par ces enseignements.


1 Tim. 4, 7 à 12
« Mais rejette les fables profanes et de vieilles femmes, et exerce-toi toi-même à la piété : car l’exercice corporel est utile à peu de chose, mais la piété est utile à toutes choses, ayant la promesse de la vie présente et de la vie qui est à venir. Cette parole est certaine et digne de toute acceptation (v. 9) ; car si nous travaillons et sommes dans l’opprobre, c’est parce que nous espérons dans le Dieu vivant qui est [le] conservateur de tous les hommes, spécialement des fidèles. Ordonne ces choses et enseigne-les. Que personne ne méprise ta jeunesse ; mais sois le modèle des fidèles, en parole, en conduite, en amour, en foi, en pureté. »

·       spécialement le v. 9. Dans ce chapitre qui traite du faux et du bon enseignement, que d’encouragement pour Timothée et pour les fidèles ! Les fidèles rencontrent l’opprobre et bien d’autres pièges. Ils ont ainsi besoin de telles paroles.


2 Tim. 2, 8 à 13
« Souviens-toi de Jésus Christ, ressuscité d’entre  les morts, de la semence de David, selon mon évangile, dans lequel j’endure des souffrances jusqu’à être lié de chaînes comme un malfaiteur ; toutefois la parole de Dieu n’est pas liée. C’est pourquoi j’endure tout pour l’amour des élus, afin qu’eux aussi obtiennent le salut qui est dans le christ Jésus, avec la gloire éternelle. Cette parole est certaine ; car si nous sommes morts avec lui, nous vivrons aussi avec lui ; si nous souffrons, nous régnerons aussi avec lui ; si nous le renions, lui aussi nous reniera ; si nous sommes incrédules, lui demeure fidèle, car il ne peut se renier lui-même. »

·       spécialement le v. 11 (en itallique ci-dessus). Cette deuxième épître à Timothée considère l’Église en ruines. Elle l’est d’autant plus aujourd’hui. Les souffrances ne sont pas épargnées à celui qui connaît Jésus Christ comme son Sauveur mais il y a les promesses de Dieu, la vie éternelle pour celui qui croit en Jésus.


Tite 3, 4 à 8
« Mais, quand la bonté de notre Dieu sauveur et son amour envers les hommes sont apparus, il nous sauva, non sur le principe d’œuvres [accomplies] en justice, que nous, nous eussions faites, mais selon sa propre miséricorde, par le lavage de la régénération et le renouvellement de l’Esprit Saint, qu’il a répandu richement sur nous par Jésus Christ, notre Sauveur, afin que, ayant été justifiés par sa grâce, nous devinssions héritiers selon l’espérance de la vie éternelle. Cette parole est certaine, et je veux que tu insistes sur ces choses, afin que ceux qui ont cru Dieu s’appliquent à être les premiers dans les bonnes œuvres : ces choses sont bonnes et utiles aux hommes. »

·       spécialement le v. 8 (en itallique ci-dessus). Les bonnes œuvres dont il est question ne sont pas là afin qu’un pécheur soit sauvé mais parce qu’il est sauvé. Il peut ainsi discerner ce que Dieu place devant lui (voir Éph. 2, 10)

 

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Retour au menu « Autres »

 

 

 

 

%d bloggers like this: