La cène du Seigneur

Retour au menu « 26 courts sujets sur l’Église »

♦ ♦ ♦ T5115 ♦ ♦ ♦

Quelques passages :
Lév. 6, 6 , 21-22 ; Es. 26, 8 ; Matt. 26, 26-27 ; Marc 14, 22-23 ; Luc 22, 19-20 ; Jean 12, 31-33 ; 15, 18 ; 16, 8 ; Act. 2, 46 ; 20, 7 ; 1 Cor. 11, 20-34 ; 14, 26, 40.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

La cène, en présentant au croyant des choses si grandes, exerce ses affections, élève ses pensées vers le Seigneur – ce qu’Il est et a fait pour lui – et ainsi produit l’adoration, les louanges et les actions de grâce. Elle est donc bien le centre du culte chrétien. Mais, en même temps, elle est le centre de communion pour les croyants. Ils affirment là, qu’en communion avec Christ, ils sont en communion les uns avec les autres, comme membres d’un seul corps (voir 1 Cor. 10, 16-17 et 11, 28).

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

La cène rappelle le mort du Seigneur. Le jour de sa célébration rappelle Sa victoire.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

La cène est le mémorial du Seigneur qui peut être réalisé par des croyants attachés à la personne de leur Sauveur, sans qu’ils soient réunis sur le terrain divin de l’unité du corps, mais quelle perte de ne pas célébrer la cène à la table du Seigneur.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Un culte peut avoir lieu sans la célébration de la cène. Mais on ne concevrait pas la cène sans culte.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

C’est en rapport avec la cène que, si quelqu’un a manqué au jugement de soi-même, et de ses voies, que les saints assemblés doivent agir à l’égard de celui qui est tombé dans le mal (1 Cor. 11, 20-34).

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Retour au menu « 26 courts sujets sur l’Église »

Advertisements