J.N. Darby (JND)

Retour au sous-menu « Souvenez-vous de vos conducteurs »
Retour au menu « Assemblée ou Église »
♦ ♦ ♦ 4301 ♦ ♦ ♦

JND se trouve sur le lac Léman. Voyageant en bateau, il entre en contact avec un chrétien et lie conversation. Ils s’entretiennent du Seigneur. Le contrôleur des billets passe. JND paye pour son frère en Christ en disant “c’est le père qui paye”. Puis son compagnon lui demande s’il a connu ou entendu parler d’un certain Darby, lequel est orgueilleux. JND répond oui. Arrive le lieu de destination. Ce chrétien le remercie en lui disant qu’il n’a jamais passé d’aussi heureux moments en étant occupé du Seigneur et demande à JND quel est son nom ! JND répond “je suis cet orgueilleux Darby”.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Lettre adressée à : UNION JURASSIENNE, ORGANE DES INTÉRÊTS DU PAYS.

Neuchâtel, le 6 mai 1874

Cher ami,

Vous autres journalistes vous nous tenez souvent au courant de choses dont nous n’avons que faire et ne nous donnez pas les nouvelles qui nous intéressent de plus près.

Ainsi comment se fait-il qu’aucun journal de Neuchâtel n’ait soufflé mot du grand événement de cette dernière quinzaine, à savoir: la présence de Monsieur DARBY dans notre ville! Le flot de gens qui s’écoule à certaines heures, de la rue de l’Orangeraie aurait pu suffire pour leur donner l’éveil. Il y a tous les jours conférences ou études bibliques de 9 à 12 heures du matin et de 3 à 5 heures le soir, auxquelles prennent part une foule de frères venus de Suisse, de France et même d’Allemagne. Il y a entre autres quelques soirs des prédications. J’ai assisté à l’une de ces dernières; j’en ai été profondément édifié et vivement intéressé. Monsieur DARBY doit avoir l’âge du siècle, mais on voit que, malgré ses cheveux blancs, sa force et sa vigueur sont encore entières. Il parle debout une heure et demie sans paraître se fatiguer et ce qui est plus rare encore, sans fatiguer ses auditeurs. Ce qui permet de l’écouter sans se lasser, c’est qu’il ne prêche pas, il enseigne.

Ce n’est pas proprement un prédicateur ou un orateur, ni dans le sens défavorable ni même dans le sens favorable. C’est un docteur; son éloquence n’est point subjective si l’on peut dire ainsi; elle n’est jamais que dans la grandeur de la pensée ou plutôt encore dans le degré de clarté et d’évidence qu’il sait donner aux enseignements de l’Écriture.

Monsieur DARBY parle Français sans accent, avec une facilité parfaite et une rare propriété d’expression. Il serait difficile de s’apercevoir qu’il est étranger. Je signale ce fait non pas seulement parce qu’il ajoute à l’attrait de sa parole, mais aussi parce que, poussé à ce degré là, cette facilité de s’assimiler une langue étrangère me parait être un signe remarquable de son intelligence.

Je désire que quelqu’un vous envoie une fois l’analyse de l’un de ses discours; tout ce que je puis dire c’est que celui que j’ai entendu n’avait rien d’étroit, d’exclusif et de sectaire. C’était l’évangile pris très haut, très près de sa source, au dessus de ce point où ses eaux se ramifient et se distribuent dans les canaux établis dans les diverses écoles pour faire aller leurs divers moulins.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦
Retour au menu « Assemblée ou Église »
Retour au sous-menu « Souvenez-vous de vos conducteurs »

Advertisements