Livre de la Genèse. Chapitres 36 à 50.

Retour à l’index de la “Genèse”
Retour au menu « Ancien Testament »

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Pour accéder rapidement à un chapitre spécifique, veuillez simplement introduire comme argument de recherche (depuis votre navigateur) , par exemple « Genèse 38 ». Après une, ou très peu d’occurrence(s), vous arriverez sur quelques commentaires du chapitre en question.

Commentaires de Genèse 36 à 50
Ch. 12 à 50 :             l’histoire des patriarches
Ch. 26, 34 à 37, 1 :   Jacob – Israël ou l’enseignement de l’Esprit
Ch. 36 :                     Ésaü et ses descendants. Conclusion de cette partie
Ch. 37, 2 à 50 :         Joseph, type de Christ rejeté et glorifié
Ch. 37, 2 à 36 :          songes de Joseph et captivité en Égypte
Ch. 38 :                     Juda et Tamar
Ch. 39 :                     Joseph et la femme de Potiphar
Ch. 40 :                     Joseph interprète les songes des serviteurs du Pharaon

Ch. 41 : songes du Pharaon et interprétation de Joseph.
Ch. 42 : premier voyage. Siméon retenu. Argent dans leurs sacs.
Ch. 43 : 2ème voyage avec Benjamin. Joseph fait bonne chère et éprouve ses frères.
Ch. 44 : retour partiel. Ils reviennent avec Benjamin qui avait la coupe.
Ch. 45 : Joseph se fait connaître et commande que son père vienne.
Ch. 46 : Jacob arrive en Égypte.
Ch. 47 : établissement en Goshen. Joseph demande terres, etc, en paiement du blé.
Ch. 48 : bénédiction d’Éphraïm et de Manassé.
Ch. 49 : bénédiction des fils et mort de Jacob.
Ch. 50 : enterrement de Jacob. Mort de Joseph. 


Genèse
36
: contient la généalogie des fils d’Ésaü avec leurs divers titres et les lieux de leurs demeures.

Genèse 37 : présente le début de l’histoire de Joseph. L’expression des révélations divines est indiquée dans les songes qu’il fait. Il raconte ces vérités aux siens. Ils ne les reçoivent pas. Dans sa personne, nous reconnaissons un type parfait de Christ qui lui aussi a été rejeté par son peuple. Jean 1, 11 et Es. 53, 2 montrent tout le mépris dont Christ était l’objet. Joseph est aussi un type de Christ vu sous l’angle de l’amour porté pour lui par son père. En lisant les v. 12 et 37, c’est-à-dire: «Et ses frères allèrent paître le menu bétail de leur père à Sichem.» «Et les Madianites le vendirent en Égypte à Potiphar, officier du Pharaon, chef des gardes.». Lisons encore Jean 1, 14 «Et la Parole devint chair, et habita au milieu de nous (et nous vîmes sa gloire, une gloire comme d’un fils unique de la part du Père) pleine de grâce et de vérité;». Et en rapport avec le rejet de Joseph, Jean 18, 37 rapporte, à l’égard de Christ: «Pilate donc lui dit: Tu es donc roi? Jésus répondit: Tu le dis que moi je suis roi. Moi, je suis né pour ceci, et c’est pour ceci que je suis venu dans le monde, afin de rendre témoignage à la vérité. Quiconque est de la vérité, écoute ma voix.». Encore 1 Tim. 6, 13: «Je t’ordonne devant Dieu qui appelle toutes choses à l’existence, et devant le christ Jésus qui a fait la belle confession devant Ponce Pilate,». Jean 1, 17: «Car la loi a été donnée par Moïse; la grâce et la vérité vinrent par Jésus Christ.». Et enfin dans Jean 15, 22-25: «Si je n’étais pas venu, et que je ne leur eusse pas parlé, ils n’auraient pas eu de péché; mais maintenant ils n’ont pas de prétexte pour leur péché. Celui qui me hait, hait aussi mon Père. Si je n’avais pas fait parmi eux les œuvres qu’aucun autre n’a faites, ils n’auraient pas eu de péché; mais maintenant ils ont, et vu, et haï et moi et mon Père. Mais c’est afin que fût accomplie la parole qui est écrite dans leur loi: «Ils m’ont haï sans cause».» (Ps. 35, 19). Ces différents passages indiquent bien le pourquoi de ce rejet. Quant aux v. 18 à 20 de Gen. 37: «Et ils le virent de loin; et avant qu’il fût proche d’eux, ils complotèrent contre lui pour le faire mourir. Et ils se dirent l’un à l’autre: Le voici, il vient, ce maître songeur! Et maintenant, venez, tuons-le, et jetons-le dans une des citernes, et nous dirons: Une mauvaise bête l’a dévoré; et nous verrons ce que deviendront ses songes.». Ces versets rappellent de manière frappante la parabole des cultivateurs selon Matthieu 21 et Marc 12. La similitude de l’histoire de Joseph avec celle de Christ est digne de tout intérêt, du début à la fin. Les souffrances morales et physiques de Joseph dénotent celles supportées par le Christ. Remarquons encore la tromperie des hommes qui croyaient se débarrasser de Joseph, respectivement de Christ. La suite est toute autre. D’un côté Joseph devient gouverneur de l’Égypte et de l’autre Christ accède au trône de la majesté dans les cieux.

Genèse 38 : la grâce de Dieu est là. Elle triomphe glorieusement du péché de l’homme car il est évident que notre Seigneur a surgi de Juda (Héb. 7, 14). Dieu, dans sa grâce infinie, s’éleva au-dessus du péché et de la folie de l’homme. Il a pu ainsi accomplir les desseins de son amour et de sa miséricorde.

Genèse 39 : le but principal de toutes ces dispensations était d’exalter celui que l’homme avait rejeté et de faire sentir à ces mêmes hommes le péché qu’ils avaient commis en rejetant Joseph. Dans Gen. 39, Satan se sert de la femme de Potiphar afin de mettre Joseph en prison.

En rapport avec ces portions, lisons le Ps. 105, 16-22 :
« Et il appela la famine sur la terre ; il brisa tout le bâton du pain. »
« Il envoya un homme devant eux : Joseph fut vendu pour être esclave. »
« On lui serra les pieds dans les ceps, son âme entra dans les fers, »
« Jusqu’au temps où arriva ce qu’il avait dit : la parole de l’Éternel l’éprouva. »
« Le roi envoya, et il le mit en liberté ; le dominateur des peuples le relâcha. »
« Il l’établit seigneur sur sa maison, et gouverneur sur toutes ses possessions, »
« Pour lier ses princes à son plaisir, et pour rendre sages ses anciens. »

Ces chapitres 39 et 40 relèvent toute la souffrance qui fut la part de Joseph. Ces souffrances contiennent trois parties :

  1. Dans son service (ch. 39 v. 1 à 6)
  2. Par la séduction du péché (ch. 39 v. 7 à 19). Pour un chrétien, il importe de rester debout. Il faut donc se confier au Seigneur qui gardera le chrétien de tomber. Prenons aussi à cœur l’exhortation de 1 Cor. 6, 13 à 20. Ce passage dénote aussi un grand contraste avec Juda (ch. 38) qui se laissa aller où son cœur naturel le menait avec les conséquences douloureuses qui ont résulté de ses fautes.
  3. Épreuve par la prison (ch. 39 v. 19 à 23 et ch. 40 v. 1 à 23). Dans cette épreuve, Joseph reste en communion avec Dieu bien que tout laisse supposer que Dieu l’a oublié. Puissions-nous imiter la constance de Joseph.

Par ces passages, on comprend quelque peu les terribles souffrances endurées par Joseph. Tout ceci, avant de se tenir devant le pharaon selon ch. 41, 46: «Et Joseph était âgé de trente ans lorsqu’il se tint devant le Pharaon, le roi d’Égypte; et Joseph sortit de devant le Pharaon, et passa par tout le pays d’Égypte.». Et Jac. 1, 12: «Bienheureux est l’homme qui endure la tentation; car, quand il aura été manifesté fidèle par l’épreuve, il recevra la couronne de vie, qu’Il a promise à ceux qui l’aiment.».

Genèse 40: il se servira de la négligence et de l’ingratitude de l’échanson pour le faire rester en prison. Dans ce chapitre, il y a à nouveau des parallèles avec la vie de Christ. Depuis Hébron jusqu’en Égypte, Joseph a eu un chemin descendant tout comme le Christ dont quelques versets de Philippiens ch. 2 en donnent un échantillon. Remarquons encore que c’est dans la souffrance qu’ont brillées les perfections de Joseph. À plus forte raison, celles de Christ. Voyons quelques parallèles à Christ a eu les 2 pieds percés et Joseph les 2 pieds dans les ceps. À la croix il y eût 2 malfaiteurs et dans la prison avec Joseph 1 échanson et 1 panetier. Au v. 14 il s’agit de ne pas se confier dans l’homme car au v. 23 l’échanson a oublié Joseph. Pourtant, ceci doit nous rappeler que le Seigneur disait «faites ceci en mémoire de moi». Est-ce que le désir de nos âmes est après le nom du Seigneur, et après son souvenir? (Es. 26, 8) … n’oublions pas comme l’échanson. 

Act. 2, 22 à 24 à propos des chapitres 41 à 50 : «Hommes israélites, écoutez ces paroles: Jésus le Nazaréen, homme approuvé de Dieu auprès de vous par les miracles et les prodiges et les signes que Dieu a faits par lui au milieu de vous, comme vous-mêmes vous le savez, ayant été livré par le conseil défini et par la préconnaissance de Dieu, – lui, vous l’avez cloué à [une croix] et vous l’avez fait périr par la main d’hommes iniques,  lequel Dieu a ressuscité, ayant délié les douleurs de la mort, puisqu’il n’était pas possible qu’il fût retenu par elle.».

La fin du livre de la Genèse contient la suite de l’histoire de Joseph (Genèse 41 à 50). Ces chapitres sont présentés par sujets, à commencer par le mariage et la gloire de Joseph (lien pour accès à ces sujets)

 

♦ ♦ ♦ Gen.  3036 to  ♦ ♦ ♦
Retour à l’index de la “Genèse”
Retour au menu « Ancien Testament »

Advertisements