L’antichrist dans les prophètes Ésaïe, Ézéchiel, Daniel, Zacharie

Retour au menu « Quelques prophéties bibliques »
♦ ♦ ♦ 105 ♦ ♦ ♦

Les quatre passages de la Bible, qui traitent le sujet indiqué et équivalent à trois pages A4, précèdent les notes de Tharsei

Ésaïe 8, 21; 30, 23; 57, 9
«Et il passera là, affligé et ayant faim; et il arrivera que, lorsqu’il aura faim, il se dépitera, et maudira son roi et son Dieu;» (Ésaïe 8:21)
«Et il donnera la pluie à ta semence dont tu ensemenceras le sol, et le pain, produit du sol; et il sera riche et nourrissant. Ton bétail paîtra en ce jour-là dans de vastes pâturages,» (Ésaïe 30:23)
«Et tu t’es rendue auprès du roi avec de l’huile, et tu as multiplié tes parfums; et tu as envoyé tes messagers au loin, et tu t’es dégradée jusque dans le shéol.» (Ésaïe 57:9)

Ézéchiel 21, 25; 28, 2
«Tu disposeras un chemin pour que l’épée vienne à Rabba des fils d’Ammon, et [un chemin] en Juda, [pour que l’épée vienne] à Jérusalem, la [ville] forte.» (Ézéchiel 21:25)
«Fils d’homme, dis au prince de Tyr: Ainsi dit le Seigneur, l’Éternel: Parce que ton cœur s’est élevé et que tu as dit: Je suis *Dieu, je suis assis sur le siège d’un dieu, au cœur des mers (et tu es un homme, et non pas *Dieu), et que tu élèves ton cœur comme un cœur de dieu» (Ézéchiel 28:2)

Daniel 11, 36-39
36 Et le roi agira selon son bon plaisir, et s’exaltera, et s’élèvera contre tout *dieu, et proférera des choses impies* contre le *Dieu des *dieux; et il prospérera jusqu’à ce que l’indignation soit accomplie; car ce qui est déterminé sera fait. 37 Et il n’aura point égard au Dieu de ses pères, et il n’aura point égard à l’objet du désir des femmes, ni à aucun #dieu; car il s’agrandira au-dessus de tout; 38 et, à sa place, il honorera le #dieu des forteresses: avec de l’or, et avec de l’argent, et avec des pierres précieuses, et avec des choses désirables, il honorera un #dieu que n’ont pas connu ses pères; 39 et il agira dans les lieux forts des forteresses, avec un #dieu étranger: à qui le reconnaîtra il multipliera* la gloire; et il les fera dominer sur la multitude** et [leur] partagera le pays en récompense.
v. 36: ou: horribles. / v. 39*: ou: qu’il reconnaîtra [et] à qui il multipliera. / v. 39**: litt.: les plusieurs.

Zacharie 11, 15-17
15 Et l’Éternel me dit: Prends encore les instruments d’un berger insensé. 16 Car voici, je suscite un berger dans le pays, qui ne visitera pas ce qui va périr, qui ne cherchera pas ce qui est dispersé, qui ne pansera pas ce qui est blessé, et ne nourrira pas ce qui est en bon état; mais il mangera la chair de ce qui est gras, et rompra la corne de leurs pieds. 17 Malheur au pasteur de néant* qui abandonne le troupeau! L’épée [tombera] sur son bras et sur son œil droit. Son bras sera entièrement desséché, et son œil droit sera entièrement obscurci.
 v. 17: ou: idolâtre.

Quelques notes

À propos des versets d‘Ésaïe 8, 21; 30, 33; 57, 9
Dans le contexte de l’expression «maudira son roi et son Dieu» (8, 21), il y a l’état de ceux qui ne font pas partie du résidu juif croyant de la fin. L’affliction, la tribulation, les malédictions, qui sont la part de l’incrédulité contre Christ (És. 5, 30). Ainsi, sur la terre, il n’y a que des détresses, des ténèbres et des angoisses. Même le roi sera maudit, ce roi qui est sans doute l’Antichrist. Es. 30, 33 et 57, 9: ces passages avec leur contexte présentent la condamnation des peuples idolâtres des temps de la fin. Il y a des acteurs comme, précisément, l’antichrist. Le roi  du ch. 30, 33, est l’antichrist auquel le peuple juif apostat a rendu hommage. Le peuple apostat est accusé, il est coupable. C’est ce roi du ch. 57, 9. Les Juifs, aux temps de la fin, rendront hommage à l’antichrist. C’est la signification des termes huile et parfum de ce v. 9. Séduits par les miracles trompeurs du faux prophète (Apoc. 19, 20), les Juifs seront prêts à se livrer à toutes les formes de l’idolâtrie. Leur mémorial (Es 57, 8), qu’ils auraient dû garder, qui aurait dû être vu sur leurs portes et sur leurs poteaux (cf. Deut. 6, 9,17,20,25), serait alors derrière la porte, hors de leur vue, méprisé et oublié. En Es. 57, 5, on écoute le mensonge (cf 2 Thess. 2, 11).

À propos des versets d‘Ézéchiel 21, 25; 28, 2
Au ch. 21 (v. 23-32). Le roi de Jérusalem était encore plus perfide envers l’Éternel que le roi idolâtre de Babylone. Ce dernier avait compté que Sédécias respecterait son serment, mais Sédécias n’avait aucun respect de ce serment. C’est pourquoi (v. 30) Sédécias est appelé un prince profane d’Israël, dont le jour était venu au temps où l’iniquité prendrait fin. C’est un type de l’antichrist qui est aussi en vue dans Èze. 28: «Et la parole de l’Éternel vint à moi, disant: Fils d’homme, dis au prince de Tyr: Ainsi dit le Seigneur, l’Éternel: Parce que ton cœur s’est élevé et que tu as dit: Je suis *Dieu, je suis assis sur le siège d’un dieu, au cœur des mers (et tu es un homme, et non pas *Dieu), et que tu élèves ton cœur comme un cœur de dieu (voici, tu es plus sage que Daniel! rien de caché n’est obscur pour toi; par ta sagesse et par ton intelligence tu t’es acquis de la puissance et tu as amassé de l’or et de l’argent dans tes trésors; par la grandeur de ta sagesse, tu as, par ton négoce, multiplié ta richesse; et ton cœur s’est élevé à cause de ta richesse» (Éz. 28,1-5).

Il semble que le prince régnant à l’époque de la prophétie fût Ithobalus, selon l’historien Joseph, ou Ithbal II, suivant les annales phéniciennes; il est probable que c’est lui qui a donné occasion à ce portrait sévère mais sublime. C’est le type du prince du monde en ce temps-là; plusieurs expressions employées ici seront reprises dans les prédictions ultérieures concernant l’antichrist ou l’homme de péché à venir. Le prince est le chef et le centre et la personnification de l’orgueil et de la richesse de Tyr dans son ensemble. L’on ne saurait trouver un caractère d’orgueil plus vil, plus aveuglant, plus corrompu. Il vit d’égoïsme, y fait appel, et c’est cet égoïsme dans sa forme la plus grossière qui l’exalte. Il n’est pas étonnant que le Nouveau Testament rapproche la cupidité comme étant de l’idolâtrie (Eph. 5, 5; Col. 3, 5), et désigne l’amour de l’argent une racine de tout sorte de maux (1 Tim. 6, 10). Ce prince était marqué par la position la plus arrogante. Il dit: «Je suis Dieu, je suis assis sur le siège (ou: trône) d’un dieu, au cœur des mers»; or il était un homme, et non pas Dieu, et il devait bientôt abandonner cette position, même si, dans son impiété, il avait élevé son cœur comme celui d’un dieu. Il est fréquent que ceux qui ont amassé des richesses ont une haute estime d’eux-mêmes prétendant même posséder la sagesse; c’était le cas de ce prince: plus sage que Daniel (selon le passage cité d’Ézéchiel 28), il discernait ce qui était caché pour les autres! Hélas! quelle folie et quelle pauvreté! Était-il riche quant à Dieu? Non! Il avait amassé des richesses, l’or et l’argent remplissaient son trésor, c’était là tout le but de sa sagesse, c’était là son triomphe, car c’était sa propre œuvre. Le moi, et non pas Dieu, voilà toutes ses pensées.

À propos des versets de Daniel 11, 36-39
Cette portion contient les types de «la crise de la fin». Cette crise ne se borne pas à quelque mal particulier; la fin du chapitre traite des conflits entre les chefs de cette époque, en Terre sainte et aux environs. Dans le v. 36, un personnage est introduit abruptement sur la scène. Il ne nous est pas dit qui il est et d’où il vient; mais le caractère qui lui est donné, le cadre qu’il occupe, l’histoire à laquelle l’Esprit de Dieu le lie, tout annonce, trop clairement, que c’est le roi terrible qui s’établira lui-même dans le pays d’Israël, en opposition personnelle avec le Messie d’Israël. C’est de lui que notre Seigneur parlait aux Juifs, quand il leur disait, que s’ils le rejetaient, Lui qui était venu au nom de son Père, ils en recevraient un autre qui viendrait en son propre nom. C’est l’un des passages de l’Écriture où ce même faux christ, ou plutôt cet antichrist (car il y a une différence entre ces termes) soit désigné comme «le roi». Non seulement il lui est fait allusion plusieurs fois sous d’autres épithètes, mais dans la plus vaste et la plus complète des prophéties de l’Écriture, celle d’Ésaïe, il est introduit, comme dans le prophète Daniel, par l’expression «le roi», comme si chacun connaissait immédiatement de qui il s’agit. L’expression «le roi» n’est donc pas unique dans l’Écriture; elle s’applique à un personnage connu que la prophétie enseignait les Juifs à attendre. Dieu, dans une juste rétribution du rejet du vrai Christ, les abandonnera et les laissera recevoir l’antichrist.

À propos des versets de Zacharie 11, 15-17
Le berger insensé accepté est la conséquence du rejet de bon Berger. Le prophète doit agir comme un berger insensé et le représenter. Il n’a plus dans ses mains les deux bâtons appelés Beauté et LiensIl possède d’autres instruments, non précisés, qui sont ceux du berger insensé; ils ne sont pas là pour paître mais pour frapper et blesser. Il agira avec cruauté et dureté de cœur; le peuple sera livré en la main du berger insensé, du pasteur de néant. Ce peuple qui n’a pas voulu du vrai Berger (cf Jean 5, 43) mais qui recevra celui que la Parole nomme l’homme de péché. C’est l’antichrist avec son oppression, sa tuerie, son satanisme, .. ce pasteur de néant lui-même tombera sous le jugement de Dieu (v. 17). L’épée tombera sur son bras et sur son œil droit. Ce sont respectivement des symboles de force et d’intelligence. Les événements de ce chapitre 11 de Zacharie sont les plus sombres de l’histoire d’Israël. La nuit a commencé par l’apostasie et le rejet du Seigneur de gloire, ce Berger plein d’amour, né volontairement sous la loi, pour les sauver. Elle s’achèvera dans des ténèbres plus épaisses encore, sous le règne du Berger insensé. Mais le matin se lèvera après la terrible nuit et le soleil d’Israël ne se couchera plus jamais.

 

Le vrai Berger en Juda, qui ne trouve que les pauvres du troupeau qui prennent garde à lui, a été rejeté et livré pour trente francs. Ensuite, il y aura ce berger insensé. Dans Zacharie, tout est lié. Mais nous savons et nous comprenons que sur la base de ces prophéties qui s’interprètent entre elles, nous comprenons les périodes (cf 1 Pi. 1, 11) auxquelles elles s’appliquent. La période de l’Église a lieu après le rejet du vrai Berger. Après cette période, le berger insensé qui est l’antichrist sera manifesté. Ensuite, l’union entre Juda et Israël, dont Christ doit être le lien, est aussi renvoyée. Les versets 15, 16 et 17, nous présentent le prophète prenant en figure, pour représenter l’antichrist, ses traits (comme auparavant ceux de la conduite de Juda), cela pour annoncer ce pasteur insensé qui devait surgir comme jugement de la part de Dieu et qui subirait lui-même le jugement qu’il aurait mérité.

 

L’introduction de l’antichrist, pasteur d’Israël, donne lieu au récit des événements qui s’amassent autour de Jérusalem aux derniers jours.

 

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦
Retour au menu « Quelques prophéties bibliques »

Advertisements