L’antichrist dans le Nouveau Testament

Retour au menu « Quelques prophéties bibliques »
♦ ♦ ♦ 106 ♦ ♦ ♦

Les passages de la Bible précèdent les notes. Le tout représente environ 8 pages au format A4
(pour les signes de type [1], dans le texte,  = voir les notes complémentaires en fin de l’article)

2 Thessaloniciens 2

1 Or nous vous prions, frères, par la venue de notre seigneur Jésus Christ et par notre rassemblement auprès de lui, 2 de ne pas vous laisser promptement bouleverser dans vos pensées*, ni troubler, ni par esprit, ni par parole, ni par lettre, comme [si c’était] par nous, comme si le jour du Seigneur était là. 3 Que personne ne vous séduise en aucune manière, car [ce jour-là ne viendra pas] que l’apostasie ne soit arrivée auparavant et que l’homme de péché n’ait été révélé, le fils de perdition, 4 qui s’oppose et s’élève contre tout ce qui est appelé Dieu ou qui est un objet de vénération, en sorte que lui-même s’assiéra au temple* de Dieu, se présentant lui-même comme étant Dieu**. 5 Ne vous souvenez-vous pas que, quand j’étais encore auprès de vous, je vous disais ces choses? 6 Et maintenant vous savez ce qui retient pour qu’il soit révélé en son propre temps. 7 Car le mystère d’iniquité* opère déjà; seulement celui qui retient maintenant, [le fera] jusqu’à ce qu’il soit loin. 8 Et alors sera révélé l’inique*, que le seigneur Jésus consumera** par le souffle*** de sa bouche et qu’il anéantira par l’apparition de sa venue; 9 duquel la venue est selon l’opération de Satan, en toute sorte de miracles et signes et prodiges de mensonge, 10 et en toute séduction d’injustice pour ceux qui périssent, parce qu’ils n’ont pas reçu l’amour de la vérité pour être sauvés. 11 Et à cause de cela, Dieu leur envoie une énergie* d’erreur pour qu’ils croient au mensonge, 12 afin que tous ceux-là soient jugés qui n’ont pas cru la vérité, mais qui ont pris plaisir à l’injustice*.

13 Mais nous, nous devons toujours rendre grâces à Dieu pour vous, frères aimés du Seigneur, de ce que Dieu vous a choisis dès le commencement pour le salut, dans la sainteté de l’Esprit et la foi de la vérité, 14 à quoi il vous a appelés par notre évangile, pour que vous obteniez la gloire* de notre seigneur Jésus Christ. 15 Ainsi donc, frères, demeurez fermes, et retenez les enseignements que vous avez appris soit par parole*, soit par notre lettre. 16 Or notre seigneur Jésus Christ lui-même, et notre Dieu et Père, qui nous a aimés et [nous] a donné une consolation éternelle et une bonne espérance par grâce, 17 veuille consoler vos cœurs et [vous]* affermir en toute bonne œuvre et en toute bonne parole.

v. 2: ou: égarer dans vos idées. / v. 4*: la maison même; voir la note, Matthieu 23:16. / v. 4**: ou: comme un dieu. / v. 7: iniquité, ici, état ou marche sans loi, sans frein; comme en Romains 6:19. / v. 8*: celui qui est sans loi, sans frein. / v. 8**: ou: détruira. / v. 8***: ou: l’esprit. / v. 11: proprement: opération. / v. 12: ou: à l’iniquité. / v. 14: litt.: pour [l’]obtention de [la] gloire. / v. 15: ou: par notre parole. / v. 17: ou: [les].

1 Jean 2, 18-22

18 Petits enfants, c’est la dernière heure; et comme vous avez entendu que l’antichrist vient, maintenant aussi il y a plusieurs antichrists, par quoi nous savons que c’est la dernière heure: 19 ils sont sortis du milieu de nous, mais ils n’étaient pas des nôtres*; car s’ils eussent été des nôtres*, ils fussent demeurés avec nous; mais c’est afin qu’ils fussent manifestés comme n’étant aucun [d’eux] des nôtres*. 20 Et vous, vous avez l’onction de la part du Saint et vous connaissez toutes choses. 21 Je ne vous ai pas écrit parce que vous ne connaissez pas la vérité, mais parce que vous la connaissez et qu’aucun mensonge ne vient de la vérité. 22 Qui est le menteur, sinon celui qui nie que Jésus est le Christ? Celui-là est l’antichrist, qui nie le Père et le Fils.

2 Jean 7

7 car plusieurs séducteurs sont sortis dans le monde, ceux qui ne confessent pas Jésus Christ venant en chair: celui-là est le séducteur et l’antichrist.

Apocalypse 9, 1

1 Et le cinquième ange sonna de la trompette: et je vis une étoile tombée du ciel sur la terre; et la clef du puits de l’abîme lui fut donnée,

Apocalypse 13, 11-18

11 Et je vis une autre bête montant de la terre; et elle avait deux cornes semblables à un agneau; et elle parlait comme un dragon. 12 Et elle exerce tout le pouvoir de la première bête devant elle, et fait que la terre et ceux qui habitent sur elle rendent hommage à la première bête dont la plaie mortelle avait été guérie. 13 Et elle fait de grands miracles*, en sorte que même elle fait descendre le feu du ciel sur la terre, devant les hommes. 14 Et elle séduit ceux qui habitent sur la terre, à cause des miracles* qu’il lui fut donné de faire devant la bête, disant à ceux qui habitent sur la terre de faire une image à la bête qui a la plaie de l’épée et qui a repris vie. 15 Et il lui fut donné de donner la respiration* à l’image de la bête, afin que l’image de la bête parlât même, et qu’elle fît que tous ceux qui ne rendraient pas hommage à l’image de la bête fussent mis à mort. 16 Et elle fait qu’à tous, petits et grands, et riches et pauvres, et libres et esclaves, on leur donne une marque sur leur main droite ou sur leur front; 17 et que personne ne peut acheter ou vendre, sinon celui qui a la marque, le nom de la bête, ou le nombre de son nom. 18 Ici est la sagesse. Que celui qui a de l’intelligence compte le nombre de la bête, car c’est un nombre d’homme; et son nombre est six cent soixante-six.

. 13 et 14: litt.: signevs. / v. 15: ou: le souffle.

 

Apocalypse 16, 13-16

13 Et je vis sortir de la bouche du dragon, et de la bouche de la bête, et de la bouche du faux prophète, trois esprits immondes, comme des grenouilles; 14 car ce sont des esprits de démons faisant des miracles*, qui s’en vont vers les rois de la terre habitée tout entière, pour les assembler pour le combat de ce** grand jour de Dieu le Tout-puissant. 15 (Voici, je viens comme un voleur. Bienheureux celui qui veille et qui garde ses vêtements, afin qu’il ne marche pas nu et qu’on ne voie pas sa honte). 16 Et ils les assemblèrent au lieu appelé en hébreu: Armagédon*.

v. 14*: litt.: signes. / v. 14**: plusieurs: du. / v. 16: vraisemblablement la montagne de Meguiddo (2 Rois 23:29; Zacharie 12:11).

Apocalypse 19, 17-20

17 Et je vis un ange se tenant dans le soleil; et il cria à haute voix, disant à tous les oiseaux qui volent par le milieu du ciel: Venez, assemblez-vous au grand souper de Dieu; 18 afin que vous mangiez la chair des rois, et la chair des chiliarques, et la chair des puissants, et la chair des chevaux et de ceux qui sont assis dessus, et la chair de tous, libres et esclaves, petits et grands.

19 Et je vis la bête, et les rois de la terre, et leurs armées assemblées pour livrer combat à celui qui était assis sur le cheval et à son armée. 20 Et la bête fut prise, et le faux prophète qui était avec elle, qui avait fait devant elle les miracles* par lesquels il avait séduit ceux qui recevaient la marque de la bête, et ceux qui rendaient hommage à son image. Ils furent tous deux jetés vifs dans l’étang de feu embrasé par le soufre;

*  v. 20: litt.: signes.

Apocalypse 20, 10

10 Et le diable qui les avait égarés fut jeté dans l’étang de feu et de soufre, où sont et la bête et le faux prophète; et ils seront tourmentés, jour et nuit, aux siècles des siècles.

Quelques notes

À propos des versets de 2 Thessaloniciens 2

Comme conséquence du rejet de Christ (v. 3), Dieu envoie une énergie d’erreur pour qu’ils croient au mensonge (v. 11). L’Antichrist se servira alors de sa puissance pour amener les hommes à l’adorer, prenant la place de Dieu et de Christ. Son habileté, jointe à «l’énergie d’erreur» envoyée par Dieu lui-même, égarera tous les hommes «qui n’ont pas cru la vérité, mais qui ont pris plaisir à l’injustice» (v. 12). Satan en fera la contrefaçon de Christ, de sorte que les habitants de la terre se laisseront enlacer rapidement dans ses mensonges et n’hésiteront pas à adorer à la fois l’Antichrist et la bête romaine. L’Antichrist, v. 4, «s’assiéra au temple de Dieu, se présentant lui-même comme étant Dieu».

 

Qu’est-ce que c’est que l’apostasie dont il est parlé au v. 3? C’est bien plus que la corruption de la chrétienté, c’est un abandon complet du christianisme, c’est la masse des chrétiens professants. Ce n’est plus, comme maintenant (2011), un petit nombre qui renonce à cette corruption. Après le ravissement des vrais chrétiens (ce petit nombre) dans le ciel, les formes du christianisme subsisteront peut-être quelque temps encore. Mais malheur aux pays de la chrétienté où a brillé le flambeau de la vérité divine. L’apostasie deviendra générale. Le culte du Père, du Fils et du Saint Esprit sera remplacé par le culte de Satan, de la Bête et du Faux prophète (Apocalypse 13). Pierre, dans la seconde épître, fait le triste tableau de ces derniers jours de la chrétienté; mais la courte épître de Jude fait un pas de plus et peint son apostasie avec une remarquable énergie.

Quand aura lieu l’apostasie et quand paraîtra l’Antichrist? Deux événements doivent avoir lieu après que l’Église aura été transportée dans le ciel, et avant que vienne le jour du Seigneur, c’est ce que l’Écriture appelle l’apostasie et la révélation de l’homme de péché. Ce que l’apôtre mentionne au v. 1 est remarquable: la venue du Seigneur Jésus Christ et notre rassemblement auprès de lui, non encore réalisés, sont pour l’âme troublée des Thessaloniciens un motif de consolation et une preuve que le Jour du Seigneur n’était pas encore là. De ce fait, la persécution qu’ils endurent de la part des Juifs ou des païens sont certes des épreuves mais qui ne sont pas celles du Jour du Seigneur; aussi, ils ne doivent pas être bouleversés dans leurs pensées, ou troublés dans leurs esprits. Ainsi, comment pourraient avoir commencé les jugements, puisque le jour auquel ces jugements sont liés n’était pas encore arrivé? Une autre considération devait servir à prouver que le Jour du Seigneur n’était pas encore là, à savoir que l’apostasie devait arriver premièrement. D’autre part, l’homme de péché (appelé aussi le Fils de perdition), n’allait pas être révélé avant le Jour du Seigneur. La chrétienté apostate et l’Antichrist (ou homme de péché) seront spécialement les objets du jugement divin. Mais pour cela, il faut que l’apostasie et l’homme de péché aient été manifestés. Ainsi l’apostasie et l’Antichrist paraîtront après que l’Église aura été transportée au ciel, et avant que le Seigneur redescende du ciel avec tous ses saints. L’étude attentive de ce chapitre fournira d’autres preuves de ce qui a été avancé ici. En résumé, voici l’argument de l’apôtre: le Jour du Seigneur n’est pas là parce que le Seigneur n’est pas venu et que nous n’avons pas été rassemblés autour de Lui; en second lieu, le Jour du Seigneur n’est pas là parce que l’apostasie et l’homme de péché ne sont pas encore en scène.

Quelques noms et titres portés par l’Antichrist dans le Nouveau Testament (ce qui est en ombré est commenté dans la suite) :

1 ° L’Antichrist (1 Jean 2, 18)

L’homme de péché (2 Thes. 2, 3): toutes les formes de l’iniquité se trouveront développées dans un homme; le péché sera pour ainsi dire concentré dans un individu, ici appelé «homme de péché».

Il est aussi appelé le Fils de perdition (2 Thes. 2, 3): expression significative qui rappelle son origine et sa terrible fin.

L’Inique (celui qui s’élève contre tout ce qui est appelé Dieu, qui est sans loi et sans frein (2 Thes. 2, 8): la personnification de l’égoïsme; ainsi il est mis dans un contraste saisissant avec Celui qui ne cherchait jamais sa volonté propre, mais faisait toujours ce qui plaisait au Père.

Une autre Bête (Apoc. 13, 11)

Le faux prophète (Apoc. 16, 13; 19, 20)

À propos des versets de 1 Jean 2, 18-22

L’Antichrist. Ce nom ne se trouve que dans les épîtres de Jean; il caractérise l’Adversaire au point de vue religieux. Il nie le Père et le Fils. L’Antichrist sera le «surhomme» que le monde attend depuis longtemps. Le monde l’acclamera alors comme un sauveur. Ayant rejeté le vrai Sauveur et préféré les ténèbres à la lumière, les hommes se laisseront séduire sans peine par ce faux Christ, que l’apôtre Paul appelle «l’homme de péché», parce qu’il donnera toute la mesure du mal que peut atteindre l’homme et sera «le type le plus évolué du pécheur». De plus, son nom (qui est significatif: «contrechrist») le désigne comme devant être le plus grand adversaire du Seigneur qui ait jamais existé parmi les hommes. Il niera que Jésus est le Christ. Mais il niera aussi le Père et le Fils (1 Jean 2, 22). Instrument du diable, il sera l’homme totalement perverti et adversaire de Jésus Christ, l’envoyé du Père, l’homme parfait. Jésus, c’est Dieu qui s’est fait homme, pour sauver les pécheurs; l’Antichrist, c’est le faux Messie, l’homme qui se fait Dieu et qui, à l’aide de la puissance reçue de Satan, s’efforcera d’entraîner les hommes à se révolter contre Dieu et à faire la guerre à Christ.

À propos du verset de 2 Jean 7

Il faut non seulement connaître la vérité mais aussi qu’elle demeure en nous et que notre marche soit en accord avec elle. Ainsi, nous serons préparés pour détecter et rejeter les nombreux séducteurs qui sont sortis dans le monde. Ces séducteurs sont mis à découvert par leur attitude à l’égard de Christ. Ils acceptent peut-être que Jésus Christ était un homme de bien, mais ils refusent de confesser qu’il est Dieu «venu en chair». Le confesser, c’est reconnaître qu’il existait avant de devenir chair. Cela ne peut pas être dit d’un descendant d’Adam et Ève. Ainsi, ne pas confesser que Jésus Christ est venu en chair, c’est nier son existence antérieure éternelle, et par conséquent, nier qu’il est une Personne divine / Dieu. Celui qui nie cette grande vérité concernant Christ se manifeste tout de suite comme étant, si ce n’est le séducteur et l’antichrist, un disciple de ce dernier.

À propos des versets d’Apocalypse 9, 1 et 13, 11-18

En Apocalypse ch. 9, il y a les cinquième et sixième trompette, ce qui équivaut au premier et au deuxième malheur. «Le cinquième ange sonna de la trompette: et je vis une étoile tombée du ciel sur la terre» (v.1; voir ch. 8, 10). Au début du paragraphe, «… la clef du puits de l’abîme lui fut donnée», et, à la fin (ch. 9, 11), la puissance satanique entre en jeu; au chapitre 13, 11, il est dit que l’Antichrist parlait comme un dragon, suggérant que l’étoile est l’Antichrist lui-même. «Et une fumée monta du puits» (ch. 9, 2); une fumée est quelque chose qui obscurcit et rend trouble toute chose. Elle masque ici le soleil qui normalement donne chaleur et lumière. Elle empeste aussi l’air  (l’atmosphère intellectuelle); toute vie de l’esprit est contaminée. Autrement dit, des puissances sataniques seront libérées du puits de l’abîme. Et ce n’est pas seulement une puissance politique; c’est une séduction. La terre, c’est-à-dire ici le territoire de l’Orient et en particulier la Palestine, est contaminée, là où l’état d’Israël a déjà été créé. Le ch. 9, 1 à 11 traitent surtout de la Palestine; cela est clair pour deux raisons: 1) II n’est pas parlé du tiers, que nous ne retrouvons qu’aux versets 15 et 16 sous le sixième ange, où il s’agit de nouveau de l’empire romain. 2) Nous voyons au verset 4 que ces puissances ne devaient nuire ni à l’herbe ni aux arbres, mais aux hommes qui n’ont pas le sceau de Dieu sur leurs fronts. Or, au ch. 7, 4, les cent quarante-quatre mille sont les scellés d’Israël. Il est donc clair que les ennemis sont ici des Juifs qui n’ont pas le sceau de Dieu, des Juifs infidèles, qui se placeront sous l’autorité de l’Antichrist.

«Et de la fumée il sortit des sauterelles sur la terre» (v.3). Les sauterelles sont des insectes qui détruisent tout sur leur passage. Ici, elles sont symboliques. Ce qui leur est commandé, savoir de ne pas nuire aux arbres ni à l’herbe verte, est tout à fait contraire à leur nature; mais elles devaient nuire aux hommes qui n’ont pas le sceau de Dieu sur leurs fronts. Ces sauterelles reçurent un pouvoir semblable au pouvoir des scorpions. Ainsi, l’Antichrist disposera de puissances sataniques pour séduire les Juifs incrédules, pour les amener à croire aux plus épouvantables doctrines de mensonge que les hommes aient jamais connues. Les hommes apprendront aussi que ce sont des doctrines de mensonges, et chercheront à s’y soustraire par la mort, que cependant ils ne trouveront pas (v.6). C’est bien terrible: ils en viendront à désirer la mort plutôt que de continuer à subir cette torture mentale. Les influences démoniaques pénétreront profondément dans leurs coeurs, et cela nous aide à comprendre ce que sont actuellement l’occultisme, le spiritisme, la magie, la sorcellerie qui trouvent de plus en plus d’adeptes et qui se développent puissamment, de jour en jour, dans nos pays. Nous ne pouvons nous représenter tout cela que faiblement et cela vaut mieux. Dans les derniers versets du chapitre 9, nous apprenons qu’il y aura un dernier temps, sans doute bien proche, où les hommes se tourneront vers la sorcellerie, la fornication, l’occultisme, qui sont toujours liés à l’idolâtrie. Nous constatons déjà dans de nombreux pays cette marée de l’impudeur et de la sexualité.

Les puissances sataniques mensongères tiendront les hommes dans leurs griffes, de sorte qu’ils préféreraient mourir, plutôt que d’être torturés davantage par ces démons. Aujourd’hui, beaucoup de personnes sont déjà victimes des puissances ténébreuses, et combien elles sont torturées! Il y en a déjà dans les évangiles, et notamment dans l’évangile de Luc. La mort s’enfuira d’eux, et même le suicide ne leur réussira pas. Les hommes seront tourmentés cinq mois. Il est difficile de dire si le chiffre cinq doit être pris à la lettre, en tous cas, «cinq mois» correspond à un temps important, quoique limité. C’est la durée de vie naturelle des sauterelles, qui va de mai à septembre. Leur tourment est comme celui du scorpion lorsqu’il frappe l’homme, c’est-à-dire qu’il introduit le venin de façon indirecte, sans qu’on s’en méfie. C’est ainsi que seront torturés les hommes qui se seront soumis librement à ces puissances sataniques et à l’Antichrist qui les représente.

Une autre Bête (Apoc. 13, 11-16.) Deuxième bête d’Apocalypse 13, il imite le pouvoir et le caractère de Christ; il a des cornes comme un agneau mais ses paroles sont l’expression d’une influence satanique car «elle parlait comme un dragon». Dans Apocalypse ch. 13, l’apôtre Jean décrit la vision qu’il eut de deux bêtes qui montent successivement, la première de la mer, la seconde de la terre. La première bête est le symbole du chef de l’Empire romain (voir commentaires du ch. III). La seconde bête est l’image de l’Antichrist. La Parole en donne donc la description suivante: «Et je vis une autre bête montant de la terre; et elle avait deux cornes semblables à un agneau; et elle parlait comme un dragon» (Apoc. 13,11). Tout d’abord, le symbole dont la Parole se sert, une bête, fait ressortir l’absence de relation avec Dieu qui caractérisera l’Antichrist. En effet, l’animal, à la différence de l’homme, n’a aucune conscience de l’existence de Dieu; il est créé uniquement pour la terre et ne regarde qu’en bas. L’homme, au contraire, a été créé pour connaître Dieu; même tombé dans le péché et l’ignorance, il connaît l’existence d’un Être supérieur, invisible, envers lequel il se sent responsable de ses actes. L’Antichrist aura moralement le caractère de la bête qui ignore entièrement Dieu; tout le système religieux qu’il instituera aura pour but de détrôner Dieu et à se substituer à lui comme objet d’adoration. D’autre part, on peut voir, dans le symbole d’une bête, le caractère impérial, par analogie avec les empires représentés également par des bêtes dans les prophéties de Daniel. Ainsi l’Antichrist ne sera pas seulement un chef religieux car il exercera aussi une autorité politique. De fait, il sera acclamé comme roi par les Juifs apostats. Il dira aussi, à «ceux qui habitent sur la terre de faire une image à la bête qui a la plaie de l’épée et qui a repris vie (la bête romaine). Et il lui fut donné de donner la respiration (pas la vie) à l’image de la bête, afin que l’image de la bête parlât même, et qu’elle fît que tous ceux qui ne rendraient pas hommage à l’image de la bête fussent mis à mort» (Apoc. 13, 14-15). Mais il est manifeste que l’Antichrist aura une plus grande emprise sur les foules. Il se servira de la puissante influence de l’Empire romain et exercera tout le pouvoir de la première bête. En outre, il sera en mesure d’accomplir des actions prodigieuses que l’empereur romain sera incapable de faire. La conséquence en sera qu’il séduira les habitants de la terre entière.

À propos des versets d’Apocalypse 16, 13-16

Le Faux prophète (Apoc. 16,13; 19, 20; 20,10), qui se proclame lui-même comme étant la bouche de Dieu en parlant à Israël apostat.

Versets 12-16: le sixième ange verse sa coupe sur le grand fleuve, l’Euphrate. La Bête, dont l’empire est malheureux, n’est évidemment pas détruite. Il y a ici, comme après le sixième sceau et la sixième trompette, un intervalle. L’Euphrate, barrière de la terre prophétique du côté de l’Orient, est desséché. La barrière tombe et les rois de l’Orient peuvent entrer (v. 12) [1]. Le v. 13 présente la puissance directe de Satan, le Dragon. Le Dragon avec ses acteurs que sont la bête romaine dans sa révolte contre Dieu et la puissance l’Antichrist, est l’ennemi direct de Jésus, le Christ. Des esprits immondes en sortent, et vont vers les rois du monde universel. Ces trois esprits immondes rassembleront tout ce qui, sur la terre, gouverne et dirige. Ce n’est donc pas le christianisme qui envahira le monde; ce sont, au contraire, les influences diaboliques qui rassemblent les habitants et les puissances de la terre. Les esprits immondes ne sont pas l’évangile; il n’y a pas de plus grande illusion au monde que de croire que le christianisme va s’étendre et se communiquer à tout le monde. C’est toujours par des jugements que la connaissance de la gloire de l’Éternel (et non la connaissance de sa grâce) remplira la terre (cf Hab. 2, 14). Il est très facile aux hommes de dire: nous remplirons; mais la Parole indique: «La gloire de l’Éternel remplira». Mais de nos jours, temps de la grâce, il faut bien-entendu prêcher l’évangile. En sachant que le jugement arrivera promptement, et tombera sur la chrétienté, soyons poussés à évangéliser en rendant témoignage selon la pensée de Dieu et non selon les illusions des hommes. Le jugement va arriver. Cherchons de toutes nos forces à tirer les pécheurs de la colère à venir. Le verset 15 renferme encore un avertissement. Quant au mot Armagédon du verset 16, voir Jug.  5, 19 et 2 Rois 23, 29 mais surtout le premier de ces passages.

À propos des versets d’Apocalypse 19, 17-20 et 20, 10

Le Faux prophète (Apoc. 16,13; 19, 20; 20,10), qui se proclame lui-même comme étant la bouche de Dieu, en parlant à Israël apostat.

Dans les versets d’Apoc. 19, 16 et suivants, les armées qui sont dans le ciel n’ont pas leurs vêtements teints dans le sang. Elles sont triomphantes; elles suivent Christ dans son triomphe et sont revêtues d’une pureté parfaite. Ce sont les élus du Seigneur. Les nations sont frappées. Parmi elles et en relation avec les prophéties de l’AT, Édom, qui représente ou comprend parfois les nations (cf És. 63, 1-3), est en vue. La vengeance sur Édom a surtout un caractère terrestre en relation avec la Judée. L’Assyrien est là, non point la Bête (voir Ps. 83). La Bête et le faux prophète sont détruits par Lui quand il vient du ciel. Il frappe les nations avec l’épée de sa bouche et les gouverne avec une verge de fer; ses saints lui sont associés (Apoc. 2, 26-27). Il foule aussi au pressoir[2]. C’est la partie qui est plus terrestre, comme le montre Ésaïe 63. Le caractère du jugement de la Bête et du faux prophète est céleste; c’est par la parole de Dieu, le Seigneur venant du ciel, qu’il est exécuté. La vendange est une chose terrestre. Christ est publiquement, officiellement, et en lui-même Roi des rois et Seigneur des seigneurs. La Bête et le Faux prophète sont jetés vifs dans l’étang de feu (v. 20). Il s’agit d’un jugement final. Les autres (ceux qui ont été séduits par la Bête et le Faux prophète) sont judiciairement mis à mort. Quant à Satan, il n’est pas encore jeté dans l’étang de feu mais dans l’abîme (Apoc. 20, 3) où la légion de démons suppliaient le Seigneur de n’être pas envoyés (cf Luc 8, 30-31). Satan doit y rester lié pendant mille ans, temps durant lequel il ne pourra pas séduire les nations. Revenons au v. 20 du ch. 19: «Ils furent tous deux jetés vifs dans l’étang de feu embrasé par le soufre». Ainsi le jugement éternel les frappa tout d’un coup. Pris sur le fait d’une trahison et d’une rébellion flagrantes, quel besoin y avait-il d’aucune autre forme de jugement? Puis le v. 21: «Et le reste fut tué par l’épée de celui qui était assis sur le cheval, laquelle sortait de sa bouche, et tous les oiseaux furent rassasiés de leur chair». Sort terrible que celui de ceux qui ont été séduits, mais toutefois nullement semblable à celui de leurs chefs.

En Apoc. 20, 10, la Bête et le Faux prophète sont déjà dans l’étang ardent depuis le jugement de la terre. Satan n’est pas encore dans l’étang de feu et de soufre. Il égare les hommes en régnant dans les cabarets, dans les discos, dans les concerts, etc. Il gouverne les coeurs des hommes en leur présentant des choses agréables à leurs convoitises. Mais quand Satan sera dans l’étang ardent, il n’y régnera pas; il y sera l’être le plus misérable. Au commencement du millénium, la Bête et le Faux-prophète y sont jetés tout vifs. Satan n’est que lié dans l’abîme, d’où il sortira pour séduire et tenter, une fois encore, les hommes.

Aussi longtemps que Satan est dans le ciel, il est le Prince de ce monde avec tout ce qui s’y rattache: des idolâtres, une Babylone, une influence secrète qui trompe le coeur de l’homme au point de lui faire tenir un morceau de bois pour un dieu. Il s’agit des effets des tromperies de Satan. Posons-nous la question: quelle est la part de la plus grande partie de la race humaine? Nous le constatons; elle est plongée dans l’idolâtrie. La civilisation n’en fait pas sortir l’homme. C’est un constat qui se répète de génération en génération. Même les hommes les plus éclairés se soumettent à des choses que leur raison rejette; la raison en est l’influence de Satan. Lorsque Satan sortira de l’abîme, il ne pourra plus exercer cette influence du fait que l’accès au ciel ne lui sera pas possible. Ainsi, il ne pourra plus influencer les hommes en se faisant passer pour Dieu. Il ne pourra plus que les pousser à une révolte ouverte.


[1] Il y a ici une allusion à la position de l’Euphrate. S’agit-il de rois de l’Orient ou qui viennent de l’orient? Ce dessèchement du grand fleuve de l’Euphrate prépare leur chemin. D’autres passages donnent lieu de penser que l’Euphrate sera desséché, tout au moins momentanément, pour laisser passer Israël; mais le passage en question ne s’applique pas, ou pas directement, à cet événement, du fait qu’il se trouve au milieu d’une prophétie symbolique, où il est dit que la sixième coupe est versée sur l’Euphrate. On peut envisager le desséchement de l’Euphrate comme indiquant le desséchement d’une puissance (turque au point de vue historique). Il peut y avoir quelque chose d’analogue en prenant Apocalypse 16 dans un sens subordonné et préparatoire, sens qu’il a aussi et qu’il continue d’avoir de nos jours. Dans le sens d’une telle application, ce chapitre se concilie bien avec l’ensemble du plan prolongé de la Prophétie, parce que la seconde Bête perd son caractère de Bête, et devient un faux-prophète avant le dénouement final. On peut aussi penser que la barrière et les ressources de l’empire Romain d’occident sont desséchées, en sorte que la voie est préparée pour cette arrivée des rois de l’Orient. C’est après cela que les esprits impurs sortent, pour rassembler les rois de toute la terre, pour la guerre de la grande journée du Dieu Tout-Puissant.

[2] Cela aussi, il le fait seul. Les saints sont avec Lui, pour dire ainsi, en tant que cortège. Mais l’exécution du jugement lui appartient. En Ésaïe, il est dit seulement que du peuple personne n’est avec lui. Mais en Apoc. 20, 4, lorsque le jugement se tient, quand c’est une séance, le jugement leur est donné.

 ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Advertisements