Avez-vous votre masque ? … carne vale …

Retour au menu “Lis ceci”
♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Autrefois, dans les régions catholiques, pour se préparer  à la fête de Pâque, on se privait, par exemple, de viande, de théâtre, et autres festivités. Alors, avant le mercredi des cendres, début  du Carême qui dure environ 40 jours («Carême»veut dire  40), on faisait la fête: banquets, cortèges, danses … avant de dire «Adieu» à tout cela, on se réjouissait plusieurs jours selon diverses coutumes: c’était CARNAVAL. (Carne vale signifie Viande, adieu).

Maintenant, le carême est une période comme les autres pour beaucoup de gens. Mais on a gardé les réjouissances, à tel point qu’à certains endroits il y a toutes sortes de débordements. Que penser de Rio où il y a des morts chaque année lors de son carnaval. À plusieurs endroits, on a gardé les bons repas, les danses et autres festivités. Cela se passe souvent à l’extérieur. Bien manger et danser toute l’année est, de nos jours, de mise.

Une particularité de carnaval est cette coutume de porter  des MASQUES dans les bals, dans les rues … pourquoi  cette pratique de mettre des masques? Les acteurs portaient des masques dans les théâtres grecs. Dans l’antiquité, il n’y avait pas de sonos; alors, les masques amplifiaient la voix des comédiens dans les amphithéâtres. En plus de ce côté pratique, le masque marquait davantage le caractère du personnage  (per-sonare veut dire résonner à travers. Cela a donné «personna» qui a signifié «masque» puis «personne»).  On trouve des masques à toute les époques, un peu partout,  même dans des cérémonies religieues. Par exemple dans le canton du Valais, en Suisse, ils font souvent peur:  couleur sombre, de grands yeux, un nez en bec d’aigle, une ou deux dents qui sortent d’une bouche grimançante, des touffes de chanvre comme cheveux et barbe… quand on porte un masque, c’est comme si on changeait de peau, comme l’acteur  qui joue un rôle complètement différent de ce qu’il est dans la vie. Surtout s’il est costumé.

Nous avons du plaisir à nous déguiser, à cacher notre visage. C’est drôle de deviner qui nous rencontrons: est-ce un homme, une femme, un jeune, un vieillard? C’est  plus facile de deviner s’il y a seulement le costume qui est spécial. C’est plus difficile quand il y a le masque,  parce qu’il couvre ce que nous avons de plus personnel  le visage avec ses traits, son teint, son regard.

Quand nous voyons des masques fabriqués ou sculptés en  carton, en bois, en étoffe, etc …nous savons que c’est  truqué, c’est un jeu.

Mais quelques fois, nous portons des masques sans n’avoir  rien mis sur notre figure: cela arrive chaque fois que  nous voulons paraître autrement que nous sommes, quand  nous «déguisons» nos pensées, chaque fois que nous cachons  la vérité.

Pendant ce Carême, nous essaierons de nous priver du superflu afin de pouvoir partager. Nous nous priverons aussi du mensonge pour dire la vérité, pour être plus vrais, pour reconnaître nos erreurs, nos torts. Pendant ces 40 jours, nous ne dirons probablement pas «Adieu» à la viande! Mais nous dirons «ADIEU» AU MENSONGE.  Alors nous serons mieux préparés à recevoir le renouveau  de Pâque.

À propos de Pâque et des fêtes de la chrétienté en général
« Que personne donc ne vous juge en ce qui concerne le manger ou le boire, ou à propos d’un jour de fête ou de nouvelle lune, ou de sabbats, » (Colossiens 2:16)
« Ôtez le vieux levain, afin que vous soyez une nouvelle pâte, comme vous êtes sans levain. Car aussi notre pâque, Christ, a été sacrifiée : » (1 Corinthiens 5:7)

Les deux versets ci-dessus, parmi d’autres, donnent des indications sur la manière de comprendre la signification des fêtes de l’Ancien Testament pour la période de l’Église. La fête de Pâque, selon le passage ci-dessus, est en rapport avec l’œuvre de Christ sur la croix. Cette fête anticipe le sacrifice de Christ tout comme la sainte cène la rappelle. Sans s’étendre sur le sujet, on comprendra qu’il y a manière et manière d’appliquer la fête de Pâque aujourd’hui. Dans tous les cas, on peut affirmer que la période de « carnaval », qui a donc un lien avec la fête de Pâque, est à rejeter totalement pour le chrétien qui désire se conformer à l’enseignement biblique.

 

♦ ♦ ♦ 1928 ♦ ♦ ♦
Retour au menu “Lis ceci”

Advertisements