La communion – 2

Retour au menu « courts sujets »

♦ ♦ ♦ P 38 ♦ ♦ ♦

Avez-vous jamais reçu la visite de Dieu? Je ne parle pas de songes ni de visions; mais Dieu a-t-il parlé de telle sorte à votre conscience que vous ayez appris avec Lui à le connaître, et à vous connaître?

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Lorsque nous sommes en communion avec Dieu, chaque difficulté devient l’occasion du déploiement de sa gloire.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Si l’on ne demeure pas dans la communion du Seigneur, on ne sait jamais faire ou dire ce qu’il convient. En revanche, si nous sommes remplis du Saint Esprit, il devient, au moment donné, la source d’actes et de paroles selon Dieu.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Nos cœurs et nos esprits ont besoin d’occupation; il est important qu’ils s’occupent du bien. Si, au lieu de penser à des frivolités, nous sommes occupés de choses qui sont agréables à Dieu, nous demeurons en communion avec lui. Le Saint Esprit n’est pas contristé.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Pour jouir de la communion avec Dieu, il faut que la puissance du Saint Esprit applique la mort de Christ à la conscience et au cœur. Alors, aucun obstacle ne subsiste plus entre nous et Dieu. Tel est l’état normal du chrétien.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Il est d’une grande importance d’être positivement occupé de Christ. Cela ferme la porte à Satan; sinon il entre et souille tout.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Si nous ne sommes pas devant Dieu, la chair le manifeste en nous au moment de la tentation. Il est de toute importance que nous soyons habituellement dans cette présence et dans la communion du Seigneur, pour demeurer paisibles et être gardés dans la tentation.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Le secret de la force se trouve dans la conscience de nos relations avec Dieu.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Le signe caractéristique de ceux qui l’aiment est l’obéissance. Lorsque nous jouissons de cette relation intime avec lui, notre amour se manifeste en ce que nous cherchons à connaître les désirs de son cœur. Si Christ m’est précieux, je serai attentif à Sa Parole. Beaucoup de chrétiens n’ont, ni ne gardent ses commandements (Jean 14:21). Si nos oreilles étaient réveillées “chaque matin” (Es. 50:4), nous aurions ses commandements et connaîtrions sa pensée et ce qu’Il désire. Comme un fils réfléchi et attentif, je puis découvrir les désirs de mon père. “Le secret de l’Éternel est pour ceux qui le craignent” (Ps. 25:14).

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Retour au menu « courts sujets »