La soumission

Retour au menu « courts sujets »

 ♦ ♦ ♦ i14 ♦ ♦ ♦

Toute puissance, tout service réel et effectif découlent d’une entière dépendance.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Les circonstances ne nous troubleraient pas, si elles ne trouvaient pas en nous quelque chose d’opposé à Dieu; elles nous frôleraient comme la brise sans nous ébranler.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Tant que la volonté n’a pas été brisée en présence de la majesté de Dieu, on ne peut être en bon état devant Lui.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Rien ne forme nos cœurs et ne brise notre volonté comme la joie que nous trouvons en Christ, en communion avec le Père.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Toutes les fois que j’agis selon ma propre volonté en quoi que ce soit, j’enlève à Dieu ses droits acquis sur moi par le sang de Christ.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Le brisement de notre volonté est un grand moyen d’ouvrir notre intelligence.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Ce n’est que lorsque la volonté se mêle à la souffrance, qu’il y a, dans celle-ci, de l’amertume ou une douleur dans laquelle Christ n’entre pas.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

“C’est ce que Tu as trouvé bon devant toi” (Luc 10:21) — Tel était le fondement de la joie de Christ.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

La libre volonté n’est que l’esclavage du diable.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Il faut que nos cœurs soient restaurés, que notre volonté soit brisée. Si nous considérons Christ, tel qu’Il nous est présenté en Gethsémané, pouvons-nous encore chercher à satisfaire notre volonté?

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Il y a une différence étonnante entre une âme dont la volonté a été brisée et assujettie, et une autre qui, tout en cherchant à faire le bien, le fait selon sa propre volonté

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Celui qui marche avec Dieu n’est pas dur mais soumis, et il n’y a pas d’esprit plus doux, ni plus capable de sentiments délicats qu’un esprit soumis. Dans ce cas, la volonté est séparée des affections sans les détruire, et cela est très précieux.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Dieu est plein de miséricorde et a compassion de nous et de notre faiblesse. Il est tendre et rempli de pitié dans ses voies;
mais, si nous sommes décidés à suivre notre propre volonté, Il sait comment la briser.
Le pire de tous les châtiments est qu’Il nous laisse suivre nos propres voies.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Le Seigneur Jésus Christ est entré dans les afflictions de la nature humaine, la fatigue, la faim, mais avec un cœur qui n’était jamais lassé, lorsqu’un service d’amour se présentait à Lui. Il est des plus doux et des plus précieux de le considérer dans ces circonstances, et de voir que, dans ces choses, Il n’avait aucune volonté propre. Lorsqu’on lui envoie dire: “Celui que tu aimes est malade” (Jean 11:3-6), il nous semble qu’il va se mettre en route immédiatement. Non, “il demeure encore deux jours au lieu où il était”; il n’avait pas de commandement de son Père. Nous voyons que ce retard avait pour but la manifestation de sa divinité; mais comme Serviteur il n’avait pas d’ordre, c’est pourquoi il ne bouge pas. Cela semble très dur; son “chez lui”, s’il en avait un ici-bas, était cette maison de Béthanie.
Vous ne voyez jamais le Seigneur sortir de sa condition de serviteur et il n’y est jamais autre chose que la perfection de l’amour.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Retour au menu « courts sujets »

Advertisements