La joie – 2

Retour au menu « courts sujets »

♦ ♦ ♦ i35 ♦ ♦ ♦

Le Dieu que je connais, qui est mien, est celui que je connaîtrai pour l’éternité: quelle source profonde de joie! Je n’ai pas besoin d’un autre; je l’ai connu en Jésus; je l’ai connu comme Père; mon cœur le désire et le connaît.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

L’effet d’une fausse joie est d’endormir la conscience.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

La joie en Dieu est une joie sérieuse et solennelle.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

L’apôtre sait se réjouir de tout, ne s’inquiéter de rien. Voilà l’expérience normale du chrétien. La puissance de l’Esprit le met au-dessus de tout. La chair est là, mais elle est mâtée. Or voici le secret de cette force: un ensevelissement absolu du vieil homme.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Christ est notre vie, notre force et notre joie éternelle; un chrétien peut d’autant plus s’appuyer sur lui, qu’il est privé de tout secours extérieur.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

“Réjouissez-vous toujours dans le Seigneur”. La présence du Seigneur et la communion apportent toujours la joie. La vie de Christ en nous ne peut que se réjouir en la présence de Dieu.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Sachons profiter vraiment de la présence de Dieu qui donne la joie et pas seulement de la joie que sa présence donne.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Ne laissez aucune puissance du mal ou des circonstances vous empêcher de vous réjouir toujours dans le Seigneur, mais pour cela il vous faut être avec lui.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Retour au menu « courts sujets »