La fidélité de Dieu

Retour au menu « courts sujets »

♦ ♦ ♦ P 25 ♦ ♦ ♦

Nous devrions avoir confiance en la fidélité de Dieu pour garder les siens.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Il ne se servira pas toujours de nous en toute occasion, mais Il accomplira toujours son propre travail, et nous pouvons ou nous devrions nous confier en lui pour cela.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

La patience est souvent un grand remède, parce qu’il y a un Dieu qui agit. Dans plus d’un cas nous devons laisser Dieu faire seul tout ce qu’il y a à faire.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Ne doutez pas de sa fidélité. Oh! combien je serais ingrat, si je ne rendais pas témoignage à sa fidélité et à sa grande, à sa douce et précieuse patience envers son pauvre serviteur.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Je sens que de simples attaques personnelles doivent toujours rester sans réponse. Si nous avons manqué, reconnaissons-le; si c’est le contraire, remettons tout au Seigneur. “Tu répondras pour moi, ô Éternel, mon Dieu.” Vous vous noircissez autant à lutter avec un ramoneur qu’à le serrer dans vos bras. Notre affaire est de vivre au-dessus de ces choses et de ne pas penser aux attaques, mais aux âmes.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Quand Dieu travaille, nous comptons sur des résultats complets.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

J’ai constamment trouvé qu’apporter réellement les choses à Dieu, c’est le moyen de les voir s’accomplir.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Son amour et sa grâce ne font jamais défaut. Si nous étions seuls dans le monde, sa grâce suffirait et, béni soit son Nom, elle nous serait une compagnie perpétuelle.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Paul pouvait toutes choses par Celui qui le fortifiait. Douce et précieuse expérience, non seulement parce qu’elle rend capable de faire face à toutes les circonstances, ce qui est d’un grand prix, mais parce qu’ainsi le Seigneur est connu comme l’Ami du cœur, constant, fidèle et puissant. Paul ne dit pas seulement: “Je puis toutes choses”, mais “Je puis toutes choses en Celui qui me fortifie” (Phil. 4:13). C’est une force qui découle continuellement de la communion avec Christ, d’un lien avec Lui, maintenu dans le cœur. Ce n’est pas non plus: “On peut toutes choses”, ce qui est vrai, mais Paul l’avait appris pratiquement: il savait sur qui il pouvait compter. Christ avait toujours été fidèle envers lui, et l’avait secouru souvent à travers beaucoup de difficultés, souvent aussi en des temps prospères. Paul avait appris à mettre sa confiance en Lui et non dans les circonstances: car Christ restait toujours le même.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Le cœur de Paul se reposait en Dieu; son assurance à l’égard des Philippiens en est la preuve. “Mon Dieu, dit-il, suppléera richement à tous vos besoins. “Il n’exprime pas le désir que Dieu le fasse. Il avait appris, par sa propre expérience, ce qu’était son Dieu. “Mon Dieu”, dit-il, celui que j’ai appris à connaître dans toutes les circonstances par lesquelles j’ai passé, “suppléera à tous vos besoins “. Il applique aux Philippiens sa propre expérience de ce qu’était Dieu pour lui, et celle de la fidélité de Christ.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Puisse la présence de ce fidèle et parfait Seigneur et Sauveur Jésus Christ vous soutenir et réjouir votre cœur!

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Retour au menu « courts sujets »