Marcher avec Dieu – 2

Retour au menu « courts sujets »

 ♦ ♦ ♦ i 34 ♦ ♦ ♦

Marcher avec Dieu – 2

Marcher dans la lumière, c’est marcher devant Dieu, dans la connaissance de Dieu. La connaissance que je fais de Dieu en marchant dans la lumière, m’amène à découvrir en moi des choses que je ne voyais pas auparavant. Marcher dans la lumière est une jouissance.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

“Soyez donc imitateurs de Dieu comme de bien-aimés enfants” (Éph. 5:1). Quel principe puissant de sanctification découle ici de notre union avec Christ! Il ne s’agit pas de faire un effort pour imiter Dieu, mais d’agir selon notre nature nouvelle en Christ. “Marchez dans l’amour, comme aussi le Christ nous a aimés et s’est livré lui-même pour nous”. Comme il est facile d’être imitateur de Dieu, quand on marche dans l’amour!

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Si nous avons senti puissamment et sincèrement que Dieu est pour nous, nous serons toujours prêts à nous appuyer sur lui. Le chrétien ne doit rien faire sinon dans un esprit de dépendance. Avec les meilleures dispositions, il fait mal quand il agit sans prendre conseil de Dieu par la prière.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Une des preuves évidentes du fait que je demeure en Christ est la tranquillité. Ma part est ailleurs qu’ici-bas et je continue ma route. Quelles que soient les circonstances, si nous demeurons en Dieu, nous manifestons en elles toutes un esprit paisible. L’âme n’est pas seulement heureuse en Dieu pour elle-même, mais elle apporte l’atmosphère du milieu d’où elle vient.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Notre précieux Sauveur ne manque jamais de sympathie et de bonté à l’égard de ceux qui traversent les douleurs inévitables de la route. S’Il enlève ce qui, pendant longtemps, fut un objet d’affection et, pour le cœur du moins, un soutien, il s’approche toujours de l’âme affligée pour l’encourager et la consoler. Nous ne pouvons jamais le perdre, Lui. Il est réellement plus près de nous que tous ceux auxquels nous sommes unis par les liens humains.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Vous ne pouvez vous trouver dans une condition quelconque dans laquelle Christ ne soit pas entré. Il s’est plongé dans l’océan même de la misère des hommes, afin de nous en sortir. C’est une consolation de rencontrer la sympathie de ses semblables, mais souvent ils ne peuvent nous secourir. Quelle grâce d’avoir la sympathie de Dieu, toujours accompagnée de puissance!

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Retour au menu « courts sujets »

Advertisements