La toute suffisance de Christ

Retour au menu « courts sujets »

 ♦ ♦ ♦ i 51 ♦ ♦ ♦

La toute-suffisance de Christ

La connaissance de Christ fait mûrir l’âme.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Nous apprenons à connaître la gloire du Seigneur Jésus par le fait qu’elle répond à nos besoins, comme le pauvre apprécie les richesses du riche par le bien qu’il en reçoit. Oui, c’est par nos besoins, et non en cherchant orgueilleusement à nous élever jusqu’à lui, que nous apprenons ce qu’il est.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Christ est-il venu ici-bas pour exiger quelque chose de moi ? Tel le figuier stérile, je suis dépourvu de fruits; je suis desséché. Mais le Seigneur, béni soit-il! est venu dans ce monde parce que je suis tout cela. Le mal qui est en moi, loin de repousser Dieu, l’a amené vers moi dans la personne de Christ. Tout le mal en moi, être misérable, a amené Christ dans le monde.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Je suis infirme; cependant mes infirmités deviennent non pas une occasion de jugement, mais, pour Dieu, l’occasion de déployer sa tendresse et ses compassions envers moi, par le moyen de notre sacrificateur. Ici-bas, Jésus lave nos pieds, mais devant Dieu, il nous représente dans sa perfection. Il déploie les richesses et les miséricordes de Dieu envers nous ici-bas, et il nous présente à Dieu dans sa propre perfection. Le sang de Christ efface complètement les péchés, nous donne une rédemption éternelle, Dieu se souvient du sang de Christ et non du péché, tellement ce sang est précieux à ses yeux. Ce que Dieu efface, il l’efface pour toujours.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Dieu a donné en Jésus ce que sa gloire et sa justice exigeaient, et nous avons la certitude que tout cela est accompli selon la perfection de cette justice et de cette gloire. Si tout n’était pas accompli, Dieu y aurait mal pourvu, ce qui est un blasphème.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Après avoir fait par lui-même la purification de mes péchés, Christ s’est assis à la droite de la Majesté dans les hauts lieux. Il ne s’est pas assis avant d’avoir terminé son oeuvre, et, maintenant que nous croyons en lui, la seule question est celle-ci: quelle est la valeur de son oeuvre? Mon appréciation de cette oeuvre ne me donne pas la paix, mais le prix que Dieu y attache. Dieu est-il satisfait? Oui, puisque Christ est assis à la droite de Dieu. Dieu l’a ressuscité d’entre les morts, l’a glorifié; il est là maintenant. Celui qui a porté mes péchés est à la droite de Dieu. Croyez-vous qu’il y soit avec mes péchés? C’est impossible. Voilà résolue la question de mon acceptation.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

“Conduis-moi dans la voie éternelle” (Ps. 139: 24). Cette voie n’est-elle pas Christ Lui-même, le seul chemin, la voie éternelle? Dieu se plaît à sonder nos voies, afin de nous y conduire et de nous montrer que Christ doit être pratiquement pour nous ce qu’Il nous déclare être dans sa Parole: “Le premier et le dernier, notre Alpha et notre Oméga (Apoc. 22:13). Tout ce qui nous conduit dans la “voie éternelle” est bien. Tout ce qui, en nous brisant, nous délivre de nos propres voies et nous amène dans les siennes, nous est salutaire. Tout ce qui a pour effet de nous faire apprécier Christ, tout aussi bien à la fin qu’au commencement du voyage, un Christ connu comme la portion dont nos âmes se nourrissent, comme nous l’avons connu pour le pardon de nos péchés, tout ce qui produit de tels fruits nous est bon.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Retour au menu « courts sujets »