Chute et restauration – 2

Retour au menu « courts sujets »

♦ ♦ ♦ P 17 ♦ ♦ ♦

La chair ne sait faire face à aucune difficulté. Comme dans le cas de Pierre, elle peut bien nous pousser au milieu du danger, mais jamais nous en faire sortir.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

La chair pousse dans la tentation, mais elle n’y soutient personne.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Toutes les fois qu’un chrétien agit selon la chair, sa mesure de piété sanctionne et autorise aux yeux des autres le mal qu’il fait. Quand la chair agit dans un chrétien, les effets en sont, à cause de cela, bien plus funestes que dans un inconverti. Pierre, par son exemple, entraîna tous les Juifs d’Antioche, même l’apôtre Barnabas, dans sa dissimulation.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Si la chair n’est pas habituellement mortifiée, Dieu nous fait faire l’expérience de ce qu’elle est.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

La chair du chrétien aime les mêmes choses que la chair du mondain; elle a les mêmes devoirs, elle recherche les mêmes plaisirs; le Seigneur Jésus nous préserve de ce danger. Être occupé des choses de la terre — et non les péchés — empêche de vivre en chrétien.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Christ n’a pas seulement fait la paix, mais Il nous dit: “Je vous donne ma paix” (Jean 14:27). Qu’était-ce que la paix de Christ? Il était ici-bas dans une intimité ininterrompue avec le Père, dans la paix d’une communion parfaite. Il nous donne sa propre place et nous avons communion avec le Père; lorsque nous marchons dans ce chemin, nous avons cette paix de Christ.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Il n’y a qu’un seul homme qui n’eut jamais ici-bas un lieu de repos: “Les renards ont des tanières, et les oiseaux du ciel ont des demeures mais le Fils de l’homme n’a pas où reposer sa tête” (Matt. 8:20). Si maintenant nous avons “un nid”, un lieu de repos en Dieu, c’est parce que, pour nous, Jésus n’eut aucun repos sur la terre.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Retour au menu « courts sujets »