L’humilité – 2

Retour au menu « courts sujets »

♦ ♦ ♦ i 03 ♦ ♦ ♦

L’humilité     

Savoir que nous ne sommes rien est la place de la bénédiction, car alors Dieu est tout. C’est aussi la place de la force, car alors Dieu peut déployer sa puissance.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Nous apprenons de Christ comment il faut se conduire dans les épreuves de la vie; il était, lui, doux et humble de cœur, content d’être à la dernière place par la volonté de son Dieu. On ne peut renverser ni abaisser celui qui est déjà au plus bas. Or Jésus, en grâce, par la volonté de son Père, a pris cette place. On y trouve le repos de l’âme.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Penser que Christ a confessé mes péchés comme étant siens, y a-t-il rien de plus propre à m’humilier?

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Quand le coeur est rempli des riches bénédictions de Christ, il ne revient pas en arrière pour se repaître de lui-même.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Gardez-vous dans la petitesse, si vous voulez être heureux et bénis. Demeurez dans la présence de Dieu, et vous serez tenus dans la petitesse. Tel est notre privilège. Ainsi seulement nous apprenons à connaître Dieu et nous-mêmes, et le mal aussi pour le juger.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

L’Esprit de Christ ne pousse jamais le fidèle à s’élever en se glorifiant d’être hors du mal. Au contraire, il nous humilie, et sans cela nous ne pouvons trouver la bénédiction.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

 

Nous ne sommes rien, et tout ce que nous sommes à nos propres yeux n’est que vanité et un obstacle à la vraie puissance: “Quand je suis faible” dit l’apôtre, “alors je suis fort”.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Dieu ne peut reconnaître les choses qui flattent l’orgueil humain. Celles que l’homme place en haut, Dieu les place en bas. Impossible, quand nous voyons Jésus n’avoir eu aucun lieu où reposer sa tête, de nous trouver à l’aise dans un monde où il n’y a pas eu de place pour lui. Nous pouvons nous tenir seulement près de la crèche ou de la croix.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Si nous ne sentions pas que le vase est de terre, nous ne sentirions pas non plus que la puissance est de Dieu.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Dieu ne peut pas nous bénir tant que nous avons confiance en nous-mêmes ou dans un autre homme; comment bénirait-il l’orgueil du coeur? Il nous faut être dépouillés de nous-mêmes. Moïse s’est fait chasser d’Égypte quand il était puissant en paroles et en actions. Pierre, confiant en son affection pour le Seigneur et en ses bons désirs, a renié Jésus.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Ne nous décourageons pas quand Dieu nous dépouille et semble nous abandonner. La véritable bénédiction pour nous, c’est de n’être rien et Dieu tout. Dieu est fidèle pour détruire notre orgueil. Accueillons avec actions de grâces ce qu’il fait pour nous anéantir: il le fait selon sa puissance, pour nous bénir.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

La foi exclut l’orgueil. Aussi longtemps que je pense pouvoir concourir avec Dieu pour acquérir un peu de justice, je suis sous l’empire d’un orgueil épouvantable. Mais quand je me découvre uniquement pécheur, toute vanterie est exclue pour toujours (Rom. 3:27), et me voilà à ma place dans mes relations avec Dieu. C’est le jugement complet et définitif, l’anéantissement de moi-même. Sans la foi, on ne peut comprendre cette justice de Dieu. Quand on l’a trouvée par la foi, l’orgueil fait place à une humilité réelle.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Christ n’a pas dû être humilié: il s’est humilié lui-même. Nous avons à apprendre la même leçon. Si nous avons quelque confiance en nous-mêmes, nous passerons par des découvertes navrantes de ce que nous sommes. Mais Dieu est fidèle.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Retour au menu « courts sujets »

Advertisements

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Changer )

Connecting to %s